• Catégories

Un harem ? Non ! Un Top 8, oui !

N’empêche, le mec qui a inventé le concept de « l’anime harem » a rendu un fier service à bon nombre de blogueurs. Voilà une possibilité d’écrire un article vite fait, sans prise de tête et qui, mine de rien, permet d’apprendre pas mal de choses sur la personnalité de l’auteur.

Alors certes, c’est pas original des masses mais bon…c’est pas comme si je cherchais la reconnaissance de mes semblables hein !

Par contre, je réfute l’appellation « harem ». D’une part parce que je suis pas tellement excité par la 2D. Et ensuite parce que c’est dégradant pour les femmes. Et vous savez à quel point je suis respectueux de nos amies à 2 pattes…

 

 

Eri Sawachika (School Rumble) : c’est peut être le personnage le moins intéressant de ce top car il s’agit d’une tsundere finalement assez classique. Elle est quand même profondément drôle et assez douée pour les coups de pute. Disons qu’elle représente toutes les filles de cette série déjantée et géniale qu’est School Rumble.

Gally (Gunnm) : si il ne fallait en retenir qu’une, ce serait ce cher cyborg. C’est certainement la machine à tuer la plus sympathique qui existe. Son évolution graphique (qui suit l’évolution de son âge mental) au cours des 9 tomes est du jamais vu ! Et comme Gunnm est le premier manga que j’ai lu, il y a une part de nostalgie qui vient s’ajouter.

Asuka Soryu Langley (Evangelion) : Une petite peste arrogante qui a vécu un truc assez chelou dans son enfance et qui depuis traite tout le monde comme des merdes.  Un esprit déjà bien tourmenté à la base qui réussie l’exploit  d’empirer au fil des épisodes…j’aime !

Faye Valentine (Cowboy Bebop) : Une femme fatale, un vraie, comme l’animation japonaise n’en fait pas assez. L’épisode dédié à son passé la rends très touchante et explique sa propension à vivre le moment présent, sans gêne ni considération pour les autres. Elle est vraiment classe alors que n’importe quelle autre femme serait ridicule dans une tenue pareille.

Rally Vincent (Gunsmith Cats) : Une fille qui aime les flingues et les voitures de sport : que demander de plus ? Et sa présence dans ce harem permet de respecter certains quotas…

Yukari Takeba (Persona 3) : certes, je ne fantasme pas sur les personnages en 2D. Mais je dois avouer que la voix anglaise super sexy de Yuka-tan me rends toute chose. Je crois même que j’ai eu une demi-molle…hum…À noter que Yukari bénéficie de 3 designs différents : celui de la jaquette du jeu, des vidéos et du jeu en lui même. C’est ce dernier qui est le plus réussi et de loin…

Yukino Miyazawa (Kare Kano) : LA fille parfaite. Mignonne, drôle, intelligente, amoureuse…Si Kare Kano est un de mes animes préférés, c’est en grande partie grâce à elle. Seul point négatif : elle est déjà casée. Quoiqu’elle forme un si joli petit couple avec Arima… allez reprenez tous avec moi : « Ou Ou Ou…Ou Ou Ou…Ou Ou Ou…SaA ! »

Suzumiya Haruhi (Suzumiya Haruhi no Yuutsu) :  une personnalité assez unique dans l’animation japonaise. Caractérielle mais pas chiante (enfin pas dans la 1ère saison), égoïste mais fidèle en amitié…bref, she’s juste oblivious. Son énergie débordante et sa fraicheur forme un duo parfait avec le cynisme de Kyon.

 

Il parait qu’on ne peut pas se psychanalyser soi-même, je vous laisse donc cette tâche ingrate. J’ai quand même l’impression que j’ai un petit faible pour les personnages à fort caractère…de toute façon, personne n’aime les filles sans émotion non ?

Suzumiya vs Suzumiya

J’ai toujours aimé les oppositions entre différents personnages (ah le classique Rei/Asuka…). C’est toujours une bonne occasion de parler de sa série préférée, d’en découvrir une, d’argumenter le plus sérieusement du monde sur un sujet sans importance…et si on a de la chance, il peut même y avoir du troll !

J’ai donc décidé de faire la même chose sur mon blog à mowa !

Attention, il  ne s’agit pas de faire des tournois bien organisés avec classement et calendrier, mais juste une série indéterminée de matchs qui opposent 2 concurrents qui n’ont qu’un seul point commun : leur nom (ou prénom).

Et c’est là tout l’intérêt de la chose : la simplicité ! Chacun vote selon ses propres critères pour son perso favori et n’a même pas à exprimer une quelconque raison autre que « je l’aime bien parce… ». En quelque sorte, un petit concours de popularité sans prétention !

C’est pas une idée géniale ça ?

Oui bon, ça va hein…

En fait, ça me permettra aussi de dire ce que j’ai pensé de tel ou tel anime sans avoir à écrire quelque chose de particulièrement construit :p

Allez, après cette introduction où j’ai vainement essayé de donner des raisons à un pur délire, entrons dans le vif du sujet :

Suzumiya Haruhi

vs

Suzumiya Haruka

Il n’est pas exagéré de dire que  Suzumiya Haruhi no Yuutsu (SHNY) a sauvé ma passion pour l’animation japonaise. En effet, cela faisait plusieurs mois que j’enchaînais des animes qui ne m’enthousiasmaient plus du tout. Je pensais que j’étais peut être trop vieux pour continuer à mater des dessins animés car rien ne m’emballait, je ne trouvais rien original. Et c’est là qu’a débarqué cet OVNI qu’est SHNY, sans qui donc, ce blog n’existerait pas (ce serait dommage hein ?). Outre des qualités scénaristiques et graphiques évidentes, c’est surtout le duo Kyon/Haruhi que j’ai adoré.

Kyon est le narrateur, il est cynique, drôle et il observe le monde qu’il entoure comme si il n’en faisait pas partie.

Et puis, il y a donc Haruhi. Dès ses premières minutes à l’écran, on sent que c’est un personnage à part. Elle est profondément égoïste, manipulatrice, elle n’en fait qu’à sa tête et n’écoute que son instinct. Mais tout cela la rend très attachante car il est assez rare de voir des fortes têtes parmi les perso féminins d’anime, hormis le cliché tsundere vu maintes fois…

Qualités  :

  • – une personnalité à part dans la japanime.
  • – elle nous a offert une des plus belle scène de concert jamais vue.

Défauts :

  • – la limite entre une fille au caractère bien trempée et une chieuse est très mince.
  • – son énorme fanbase française n’a jamais entendu parler de ce blog.

____________________________________________________________

Je me rappelle surtout de Kimi Ga nozomu Eien car c’est la première série que j’ai vu avec mon casque sans fil. Avant, je n’avais que ces pauvres enceintes qui ne me permettaient pas vraiment de m’immerger dans l’ambiance d’une série, surtout à cause du bordel permanent dans mon quartier. J’ai sauté le pas et acheté (assez cher) un casque sans fil et là, j’ose le dire : ça a changé ma vie (oui bon, je passe peut être trop de temps sur mon PC).

Hein, quoi KGNE ? ah oui…ben en fait pas grand chose d’autre à dire. On a l’impression qu’on part sur une comédie romantique à 2 balles et à la fin du 2ème épisode, on prend une grosse claque dans la gueule. Et ensuite, on a une comédie dramatique à 2 balles. Si ils n’avaient pas tant forcé sur les violons, ça aurait pu être un bon anime. Mais trop de mélo tue le mélo.

Malheureusement Haruka est victime de cette dérive. Le coup de « je tombe dans le coma, je me réveille, je retombe dans le coma, je me reréveille » ça m’a achevé. Jusqu’à là, c’était le prototype même de la petite ami serviable (qui a dit soumise ?) qu’on voit dans beaucoup de triangle amoureux. Pas follement intéressante donc.

Qualités :

Défauts :

  • – elle se fait voler la vedette par sa meilleure amie.
  • – quand vous tapez Suzumiya Haruka sur google, on vous propose Suzumiya Haruhi…si ça c’est pas la loose…

Alors, ça avait l’air d’une idée à la con, mais finalement il est pas mal ce billet, non  ?

Hum…bon, si vous voulez me faire plaisir,  tous à vos votes !

( et on remercie Sib pour ce beau sondage qu’on a à droite : merci Sib!)