M’arrêter là avec vous…

Plus rien à foutre, je mets une image de Johnny sur mon blog...

Plus rien à foutre, je mets une image de Johnny sur mon blog…

 Et oui, après presque 4 ans de bons et loyaux sévices et 47 articles publiés, il est temps de m’en aller avec ce qui me reste de dignité. Je n’aurais donc pas atteint les 50 articles mais que voulez vous, ma vie a changé récemment. Si certains arrivent parfaitement à concilier travail et blog, j’en suis totalement incapable. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’existence de ce blog a coïncidé avec ma période de chômage.

Le peu de force qu’li me reste lorsque je rentre du boulot, je le consacre à une ou deux batailles de World of Tanks et éventuellement à la lecture de quelques scans. Je n’ai même plus regardé d’anime puis la diffusion de Girls Un Panzer. Et comme je ne joue plus qu’à 2-3 JRPG dans l’année, il est facile de comprendre que je n’ai tout simplement plus rien à dire.

Donc voilà, on y est : moins de sujets à traiter, moins de motivation, moins de temps = arrêt du blog.

Je tiens à remercier tous ceux qui m’ont aidé de près ou de loin : Jevanni, Sacrilege, Silent Sib, Angel MJ, Kanapeach et Rydiss. Merci aussi aux visiteurs bienveillants qui se sont échoués sur ce site et plus particulièrement à tous ceux qui ont pris le temps de poster des commentaires.

Si vous avez peur d’être en manque de mes avis, allez consulter. Et ensuite, vous pouvez toujours me suivre sur Twitter. Je tweet peu mais je tweet bien…En fait non, je tweet quand je me rappelle de l’existence de ce truc. Et ne m’en voulez pas si j’y suis assez chafouin, vous commencez à me connaitre, je n’ai pas un caractère facile.

 

 

Merci à tous et bonne chance à vous pour la suite !

Pour partir sur une note joyeuse...

Le jeu des 11 questions sur…

Le principe est plutôt sympa : un blogueur pose 11 questions à un autre, qui lui même en pose 11 etc…C’est le dénommé Méta qui m’a ciblé (avec d’autres), allons donc éclairer la blogosphère française de mon illustre avis.

– Que pensez-vous de Yuki Kajiura?

– J’ignore de qui il s’agit désolé. Bien sûr, une recherche internet aurait comblé mon ignorance mais c’est pas le but hein…

– L’opening qui t’a fait le plus vibrer?

– Le premier de Darker Than Black. Les premières phrases (« now i’ve lost it, i know i can kill, the truth exists beyond the Gate ») mettent dans l’ambiance, la musique est cool, le montage pas mal…dommage que l’ambiance « sombre » ne soit finalement pas autant représentée dans la série que dans le générique. J’aurais aussi pu citer l’opening de Suzumiya Haruhi no Yuutsu, mais s’il m’a fait vibrer c’est surtout parce que je trépignais d’impatience de découvrir l’épisode de la semaine…

– Le genre de manga que tu préfères?

– En ce moment, je lis quasi exclusivement des seinens de tous types (Afterschool Charisma, Front Mission, The Arms Peddler, Gunnm Last Order). Silver Spoon est le seul shonen que je suis depuis la fin de GTO shonan 14 days et Fight Girl est le seul shojo.

– Quand tu choisis un manga, quel est le point le plus important pour toi? Le dessin ou l’histoire?

– L’histoire et de loin ! Bien sûr un bon dessin permet d’accrocher l’œil mais si l’histoire ne suit pas, je vais vite zapper. Pas question d’acheter Air Gear juste parce le chara design est excellent… Mais finalement, lorsque je fais le point sur les mangas de ma bibliothèque, je me rends compte que les plus mauvais sont aussi les plus mal dessinés alors…

– Quel est le manga/anime qui t’a plongé dans cet univers?

Gunnm, un chef d’œuvre intemporel et inégalé. Lorsque je relis un passage pour la 20ème fois, il me semblera toujours aussi fort…Et puis les persos quoi : Gally, Jashugan, Desty Nova, Zapan, Den…

– Y a-t-il un genre qui te plait plus? (policier, comédie, heroic fantasy, …)

– Pas vraiment, j’ai un peu de tout dans ma bibliothèque.

– Serais-tu prêt à signer une pétition pour voir un manga stoppé reprendre sa parution?

– Bien sûr, une pétition ça ne coute pas grand chose. En contrepartie, ça n’est pas très utile non plus. Je pourrais même signer une pétition qui concernerait un manga que je ne lis pas, juste pas « solidarité » avec les fans de ce dernier…

– Arrêtes-tu un manga/anime que tu n’aimes pas trop ou es-tu du genre maso en continuant quoiqu’il arrive?

– j’ai acheté l’intégralité de Get Backers, je croie que ça répond à cette question. Non en fait tout dépend du nombre de tomes publiés au Japon et du niveau de nullité du manga : concernant Melty Blood ou Evangelion Iron Maiden, j’ai vite lâché l’affaire. En ce qui concerne les animes, oui j’abandonne assez vite pour diverses raisons. J’ai en effet un rythme de visionnage très lent (voir question suivante) : tout le temps que je consacre à regarder un anime qui ne me plait pas, c’est autant de temps perdu pour la découverte d’une série qui pourrait me plaire.

– Consommes-tu beaucoup d’épisodes ou de tomes dans la semaine?

– je lis peu de manga à la fois (5-6 grand maximum), donc je dois lire un ou deux tomes par mois. Concernant les animes, je ne regarde qu’un épisode par jour ou plutôt par nuit. Et comme il y a toujours un soir où je n’ai pas le temps, je tourne à 6 épisodes maximum par semaine.

– Le premier anime ou manga auquel tu penses maintenant, tout de suite, à la seconde?

JoJo’s bizarre adventures…vu que c’est l’anime que je suis actuellement.

– Achètes-tu des goodies, des figurines ou des produits dérivés de tes manga/animes préférés? Genre collectionneur fou furieux?

– non, je n’achète rien de tout ça.

Bon, voici mes questions :

– Y a t-il un manga que tu n’oses pas avouer lire ?

– Un manga, c’est forcément japonais ?

– T’intéresses-tu aux comics et/ou aux BD franco-belges ?

– Peux-tu aimer un manga si tu détestes le personnage principal ?

– Qui est ton charadesigner préféré ?

– Quel est ton avis sur la production actuelle de japanim’ et son évolution au cours des dernières années ?

– C’est quoi le cancer de l’animation japonaise en fait ?

– Quelle place accordes-tu à la musique lorsque tu regardes un anime ?

– Quelle est l’œuvre dont tu ne comprends pas le succès ?

– L’anime de tes rêves, ce serait quoi ?

– Quelle est la question que tu aurais aimé que je te pose ?

Et je pose ses questions à …Angel MJ, le newbie, Gemini, et Sir Jaerdoster. En vous remerciant…

2 ans déjà…

Aujourd’hui est une date un peu particulière puisque cela fait 2 ans jour pour jour que Chez Faust a ouvert ses portes. 2 ans de doute, de soucis techniques, de flemme et de manque d’inspiration. Mais aussi 2 ans de joie, de découvertes, et d’échanges. Faisons donc le point en commençant avec quelques statistiques.

Étant donné que le blog a d’abord été hébergé sur la plateforme Free avant de migrer sur wordpress.com courant février 2011, il faut prendre en compte l’absence de stats sur les premiers mois. Mais n’étant pas encore très connu, ni  répertorié sur les différents agrégateurs, on peut considérer cette absence de données comme négligeable.

Depuis l’ouverture de ce blog, 13 535 visiteurs m’ont fait l’honneur de venir chez moi. Ils étaient 5417 en 2011, et nous en sommes déjà à 8087 cette année. Cette augmentation est en grande partie du à ma présence sur Nanami. Ces visiteurs ont laissé un total de 145 commentaires auquel j’aurais apporté 80 réponses. J’essaye en effet de répondre à chaque commentaire afin de faire sentir au visiteur qu’il est important et que son avis m’intéresse.

L’article ayant reçu le plus de visites est, de très loin, la critique sur La paire et le sabre. 2599 visites alors que le deuxième (mon top8) en est à 612 visites. Encore aujourd’hui, je suis stupéfait qu’un billet aussi vite torché ait pu avoir un tel succès. Une preuve de plus que beaucoup d’otakus sont quand même de sacrés pervers. Cela aurait pu m’inciter à continuer les critiques des mangas ecchi, en scannant les images les plus chaudes. Mais la réputation de mon blog est plus importante que le nombre de vues. Si vous avez pouffé de rire en lisant cette phrase, c’est normal, j’avais cette même réaction quand je lisais ce genre de remarques grandiloquentes sur d’autres blogs. Mais une fois qu’on a le sien, le concept de « ligne éditoriale » prend tout son sens…

Petite remarque rigolote : le billet ayant reçu le moins de visites (25) est également celui qui a été le plus commenté (17). Il s’agit du match Tenma vs Tenma.

Passons maintenant à une rubrique toujours drôle : celles des mots clés tapés dans les moteurs de recherche. Et comme vous pouvez le voir, nos amis pervers trustent le top10:

la paire et le sabre 286
otaku girls 84
otaku 76
hentai gros seins 61
hentai boobs 60
la paire et le sabre hentai 48
manga gros seins 41
gros seins hentai 40
hentai gros sein 29
boobs hentai 29

Parmi les recherches les plus insolites, on trouve certaines perles :

  •  on voit ses seins à travers son t-shirt (classique)
  •  amour sucré soluce episode 12 (un jeu ? Un anime ?)
  • bébé qui pleure ceux a quoi on s’attend en réalité (gné ?)
  • petite pute française au seins super super gros se fait baiser et torturer (là faut appeler la police)
  • noble phantasm archer ecchi (ça fera plaisir aux Type Moonistes qui me lisent)
  • manga avec ses amis mais seul (cette personne doit avoir quelques problèmes comportementaux)

Bon, maintenant je sors un peu la tête des chiffres et je vous livre quelques remarques en vrac.

Le billet qui a bien marché sans que je sache pourquoi :

En laissant de côté La paire et le sabre dont je n’ai déjà que trop parlé, je suis vraiment surpris du succès de Histoire d’une passion. Que ce soit au niveau du nombres de vues ou des votes sur Sama, ce billet a remporté un vif succès. Pourtant, j’avais commencé à l’écrire plusieurs mois avant mais j’avais laissé tomber tant je le trouvais sans intérêt. En effet, lorsque je tombe sur ce genre d’article sur d’autres blogs, j’ai tendance à vite zapper, étant peu intéressé par ce que j’appelle du « 36 15 my life ». Mais il faut croire que je suis un cas isolé ; peut être est-ce d’ailleurs un défaut de mon blog, d’être habituellement trop impersonnel. Franchement, je ne m’en rends pas compte, j’ai plutôt l’impression de donner mon avis sur tout et sur rien. Si certains d’entre vous ont trouvé ce billet intéressant, j’aimerais bien que vous m’expliquiez pourquoi dans vos commentaires, ça m’intrigue.

Le billet qui n’a pas marché sans que je sache pourquoi :

Il faut le reconnaitre : le billet sur Team Fortress 2 a été un gros bide. Et pour le coup, là je m’attendais à une belle réussite. C’est un FPS sympa, joué par de nombreux blogueurs français. Je pensais avoir trouvé un angle d’approche original, je trouvais l’humour très efficace (il est toutefois vrai que j’ai un sens de l’humour assez particulier). Les images étaient bien mignonnes…j’ai même foutu une photo de Mister-T et pourtant ça a été un échec. Là aussi j’aimerais avoir votre avis.

Mes principaux défauts en tant que blogueur :

Bien sûr, il est très difficile de cibler ses propres défauts, sinon on les corrigerait et le problème serait résolu. Pourtant, je pense pouvoir dire sans trop me tromper que j’ai un talent pour l’écriture très limité. Mes tournures de phrases sont trop lourdes et le style général des billets est trop scolaire. J’ai toujours le cul entre 2 chaises : j’alterne le « style parlé » et un langage plus soutenu avec de belles formulations. Et à l’arrivée, soyons honnête ça ne ressemble pas à grand chose.

Mes principales qualités en tant que blogueur :

Les images. Oui, ça peut faire sourire, mais comme je l’ai expliqué plus haut, l’écriture n’est pas mon fort. Alors j’essaye de compenser ça par un bel enrobage. Je passe un long moment à chercher de belles images qui illustrent bien le propos, je les redimensionne avec soin. Je fais en sorte qu’en passant le curseur dessus, un petit texte apparaisse, si possible rigolo. Lorsqu’on clique sur une image, elle s’ouvre en grande taille dans un nouvel onglet, ce qui est parfait pour copier/coller sans empêcher la lecture. Bref à défaut d’avoir un fond de grande qualité, je mets le paquet sur la forme.

J’essaye également de proposer à mes lecteurs un contenu original. J’aime en effet tenter certains choses : des matchs de prénom, un article bizarroïde sur TF2, un troll en règle, un délire sur les JO. Alors certes, tout n’est pas une réussite mais cela ne me dérange pas : même dans la vraie vie, j’ai un côté « ça passe ou ça casse ».

Je ne suis pas non plus un extrémiste de l’originalité : il m’arrive de tomber dans la facilité en postant un harem, des bilans ou des critiques d’anime/manga. Mais même dans ce cas, j’évite de parler des séries trop récentes ou du manga à la mode. Simplement parce que je ne vois pas ce que j’aurais d’intéressant à raconter qui n’a pas déjà été dit dans les 10 autres articles sortis sur le même sujet.

 

Voilà, je crois que j’ai un peu fait le tour de tout ce que j’avais à dire sur ces 2 ans passés avec vous. Je voulais également parler des blogs que j’apprécie (ou pas), mais le temps me manque. Ce n’est que partie remise, ça sera le sujet d’un futur article. J’attends vos impressions sur ce grand déballage avec une impatience non dissimulée.

Mes 7 raisons d’abandonner un anime

Vous qui êtes de fidèles lecteurs de mon blog, et notamment de mes bilans, vous savez que j’ai une fâcheuse tendance à très rapidement abandonner un anime. Ça peut être à partir du 20ème épisode ou au bout de…47 secondes (véridique). En témoigne mon « impressionnante » liste d’anime abandonnés sur MAL (et j’en ai sûrement oublié la moitié)

Certains blogueurs m’ont d’ailleurs reproché de critiquer un anime sans que j’ai fini son visionnage, arguant que je ne pouvais pas avoir une vision d’ensemble. Ce à quoi je réponds : quand vous mangez une part de tarte et qu’elle a un goût de caca, est ce que vous bouffez toute la tarte afin d’avoir le droit de dire “c’est de la merde” ? Si encore mes critiques étaient lues par des milliers de personnes dans un magazine, ma conscience professionnelle me pousserai à regarder jusqu’au bout l’objet du délit. Mais je suis qu’un petit blogueur insignifiant perdu au milieu d’otakus acharnés et d’élitistes enragés…alors je dis ce que je veux, na !

Ah, et il y aussi l’argument « oui le début est nul, mais à partir du X épisode, ça devient cool ». On me l’avait sorti lorsque j’avais taillé Toradora en prétextant qu’à l’épisode 8, ça devenait intéressant. Ouais sauf que 7 épisodes de 20 minutes représentent plus de 2 heures. Et personnellement, je ne vais pas perdre 2 heures de mon temps à regarder un truc chiant pour espérer une éventuelle amélioration. Pas que j’ai un emploi du temps de ministre, mais j’ai quand même mieux à faire.

Il n’empêche, j’avoue que je devrais laisser plus souvent sa chance à un anime avant de l’abandonner. Mais je sais que cette résolution est vaine, il y aura toujours au moins 7 raisons qui me feront abandonner un anime.

 

– c’est irréaliste.

Je sais que beaucoup m’ont déjà rétorqué qu’une œuvre de fiction n’a pas à être réaliste, alors mettons les choses bien au point. Je parle de l’irréalisme des situations, des interactions entre les personnages. Pas du contexte bien sûr, sinon je ne supporterais pas le moindre anime SF, ce qui loin d’être le cas (j’adore Evangelion et Cowboy Bebop). Une carotte pourrait parler de conquête spatiale à une endive, si leurs réactions sont normales, cela ne me gênerais pas du tout. Et ne croyez pas que je note sur un post-it la moindre incohérence lorsque je mate un anime : c’est juste mauvais signe de facepalmer pendant tout un épisode parce que les personnages interagissent de manière totalement grotesques.

Exemples d’animes abandonnés pour cette raison : Toradora et Oreimo…

 

– c’est chiant

« C’est un anime contemplatif », « il faut laisser son cerveau au vestiaire », « une tranche de vie sans prétention », « c’est frais, reposant » : autant d’expressions utilisées pour décrire une totale absence d’action, d’histoire. Reposant, c’est sûr ça l’est…tellement que je finis par m’endormir devant. Circulez, y a (vraiment) rien à voir !

Hidamari Sketch et Aria sont de très bon représentants du genre…

 

– ce n’est pas drôle

On va vite passer sur cette raison car il n’y a rien de plus subjectif que l’humour. Un graphisme ou un scénario peut faire l’unanimité, mais c’est totalement impossible pour un anime comique de faire rire tout le monde. J’ai trouvé Azumanga Daioh et Lucky Star très drôles, mais je suis resté totalement de marbre devant Baka to Test to Shoukanjuu ou Gintama.

 

– c’est moyen

Beaucoup d’animes n’ont ni grandes qualités ni méchants défauts. On les regarde quand même car cela fait passer le temps, on a vaguement envie de savoir où le scénario nous mène, on y remarque 2-3 truc intéressants. Et puis, vient le moment fatidique où on fait une pause dans le visionnage en se disant qu’on le reprendra dans quelques jours. Sauf qu’on ne le reprend jamais, pas motivé de regarder un anime qui ne nous a jamais emballé. En général, ces animes sont restés dans la catégorie « On-Hold » bien plus longtemps qu’il ne le faudrait, quelques fois pendant des années. Jusqu’à ce qu’on réalise enfin qu’on a une wishlist pleine de séries potentiellement plus intéressantes. Alors le couperet tombe : « dropped » !

Exemples : Wangan Midnight ou You’re Under Arrest.

 

– c’est bien mais…

Il arrive qu’on laisse tomber une série sans réelles explications. On pourrait  rapprocher cette raison de « c’est moyen » mais là, l’anime a vraiment de grosses qualités, il est objectivement très bon. Sauf qu’on est jamais entré dans le trip, on ne se sent pas impliqué dans l’histoire. Perso, j’ai même un petit goût de regret dans la bouche quand cela m’arrive, j’aurais aimé aimer…mais malheureusement rien n’y fait, dommage.

C’est notamment le cas de Baccano! et de Spice and Wolf.

 

– je me suis fait spoiler

Ça c’est ce qu’il y a de pire. Vous regardez un anime qui vous plait beaucoup, il y a pas mal de suspens, l’intrigue est bien cousue, bref tout est parfait. Sauf qu’au détour d’un forum ou d’un chat, vous avez appris ce que vous n’auriez jamais du savoir. Et là, c’est le drame : vous insultez la planète entière, vous bavez de rage, vous regrettez de ne pas avoir la force morale de résister à une balise spoiler alors que vous savez que vous allez le regretter etc… Et pour finir, vous abandonnez un anime  qui ne vous réservera plus de surprises.

Pour le moment, seul Tiger and Bunny fait partie de cette catégorie. En espérant qu’il n’y en ai plus d’autres…

 

– mauvais fansub

Je me trouve confronté à 2 problèmes. Le premier : ma connaissance de l’anglais est très limitée. Quand je joue à un jeu ou une VN, ce n’est pas gênant d’ouvrir un dico de temps en temps. Par contre, lorsqu’on regarde un anime, c’est hyper désagréable de mettre la lecture en pause pour traduire un mot, ça casse totalement le rythme. Bref, j’évite l’anglais le plus possible…
Mais là, on arrive au second problème : le fansub français peut être de très mauvaise qualité. Traduction bancale, mauvaise syntaxe, fautes d’orthographes innombrables etc… Et encore, il faut que l’anime en question soit fansubé…

J’ai notamment abandonné Giant Killing pour cette raison, le traducteur n’ayant probablement jamais entendu parler de football (mais quand même, lire « l’équipe a gagné 3 points à 1″, c’est dingue non ?)

 

Voilà donc les différentes raisons qui peuvent me pousser à abandonner un anime. Je tiens tout de même à signaler qu’avant de donner mon avis sur ce blog, je regarde au moins 3 épisodes de l’anime critiqué. Et vous, quelles sont les raisons qui vous font abandonner le visionnage d’un anime ? Ou peut être que vous finissez toujours ce que vous commencez ?

Histoire d’une passion

En y réfléchissant bien, ce billet aurait pu être le premier du blog. Comment ai-je découvert les mangas et l’animation japonaise ? Grâce à qui ? Quand ? Et comment s’est développée cette passion ? Certes, c’est de l’ego-blogging qui ne vous apportera sûrement pas grand chose. Mais tant pis, voici mon histoire, faites en ce qu’il vous plaira.

Époque découverte (2001-2002)

Si j’ai regardé mes premiers animes au Club Dorothée, c’est au lycée que j’ai vraiment mis le doigt dans cet univers. En 2001, un ami (Flouze si tu me lis, merci encore) fan de manga -car le terme otaku n’était pas très répandu à l’époque- lisait ce genre de BD dont je n’avais que vaguement entendu parler. Certes, j’avais du feuilleter un Dragon Ball chez un pote de collège, mais je n’avais encore jamais vraiment lu de manga. Le premier qu’il m’a prêté était You’re Under Arrest. J’avoue que je n’en garde pas un souvenir impérissable. Par contre, lorsqu’il m’a filé le 1er tome de Gunnm, ça a été le déclic ! Malgré sa réticence (car c’est connu, on ne prête JAMAIS un manga), il a accepté de me donner la suite et j’ai instantanément commandé les 9 volumes. Gunnm est toujours mon manga préféré. La passion était lancée, rien ne pourrait l’arrêter (malgré les lâches attaques des tsundere !)

En tout cas, on peut dire que mon pote avait bon goût, car il m’a ensuite fait découvrir Cowboy Bebop. Il y a pire comme initiation, non ? Bon, il n’y avait que les 4 premiers épisodes sur la K7 qu’il m’avait prêté, j’ai du attendre la diffusion sur Canal pour voir la suite. Mais c’était mon premier contact avec les animes « modernes ». Toujours au lycée, j’ai lu Akira, Rookies et j’ai commencé GTO. J’ai ensuite acheté l’OAV de Street Fighter II (on ne rigole pas!) avant de trouver pour une bouchée de pain Slayers Next et Slayers Try. J’ai également commencé à lire Animeland et à mettre des posters de japanim’ dans ma chambre (ils y sont toujours).

Si je ne connaissais aucun terme technique de japanim’, aucun nom de seiyû ou de studio, je savais que désormais la japanim’ serait une passion pour moi (je précise bien : UNE passion, pas la seule)

Époque Canal+ (2001-2005)

Pendant très longtemps, je n’ai eu ni ordinateur ni les moyens financiers de me procurer des animes. Si je continuais d’acheter quelques mangas (Evangelion et GTO) et d’en lire en douce à la FNAC (Kenshin), il m’était impossible de voir des animes ailleurs qu’à la télévision. Heureusement, de temps en temps, Canal+ proposait des séries de qualité. Étant trop jeune, j’ai raté la diffusion d’Evangelion, mais pas celle de Cowboy Bebop (un des mes anime favori) et d’Escaflowne (ma première série de mécha). Il y eu ensuite Serial Experimental Lain (rediffusée à une heure tardive en VOST) dont je n’ai toujours pas capté le scénario, puis Noir, GTO, Monster etc… Il y eu aussi des superbes films comme Jin-Roh et celui, magnifique, de Kenshin (en fait des OAV mises bout à bout). M6 avait craqué son slip en diffusant le début de Gundam Wing (qui confirma mon aversion pour les méchas) et le film de Ghost In The Shell (que j’enregistra et regarda 5-6 fois, essayant vainement de piger l’histoire). Même France 2 avait fait un essai avec You’re Under Arrest (renommé « équipières de choc ») et Love Hina, séries tout 2 vite arrêtées.

La plupart de ces animes n’étaient pas géniaux mais n’ayant pas le choix, je regardais tout ce qui me passait sous les yeux, enregistrant mes préférés. Cette période a très probablement renforcé mon esprit critique. Lorsqu’on a une profusion d’anime sous la main, on zappe vite ceux qui ne nous plaisent pas (c’est mon gros défaut : j’abandonne très/trop vite une série). Mais devant le manque de choix, on regarde jusqu’au bout tous les animes qu’ils nous plaisent ou pas, on les décortiques, les analyses, on se repasse certaines scènes 10 fois. Bref, on prend son temps.

Époque tipiak (2005-)

Oui, c’est vrai, c’est pas bien de pirater. Après avoir enfoncé cette porte ouverte, je dois avouer que l’achat d’un ordinateur a tout changé : je pouvais enfin choisir les animes que je regardais. Enfin presque. Parce qu’au début, n’ayant jamais entendu parler de DDL, de streaming ou de torrent, je me contentais de ce que je trouvais sur E-Mule. La première série que j’ai vu était Hellsing. À l’époque, je la trouvais géniale même si avec le recul, cet anime est pas si terrible que ça (mais ça reste une série « historiquement spéciale » pour moi). Ensuite, je me suis farci l’intégrale de Shaman King et de Samurai Deeper Kyo…il était vraiment temps que je sois un peu plus exigent.

Pour ne pas reproduire les mêmes erreurs (oui parce que mater les 64 épisodes de Shaman King, c’est une erreur), j’ai fréquenté des forums où je pouvais partager et lire des avis sur telle ou telle série. J’ai passé quelques temps sur un forum  Shaman King (ne me jugez pas), puis sur Anime-Kun. C’est toujours grâce à ce dernier et à sa base de données que je fais mes choix. Mon très faible niveau d’anglais m’impose également une limite: je suis obligé de me tourner vers des animes subbés par des teams francophones. Depuis quelques années, certains billets de la blogosphère française m’ont également permis de découvrir des petites perles (la dernière en date étant Front Mission, pas moins de 6 articles en ce début d’année). Petite précision : je télécharge des animes mais je ne lis jamais de scantrad.

Bien sûr, durant cette période ma passion a connu des hauts et des bas. Ma plus grosse période de doute s’est passée en 2006/2007 : j’avais beau multiplier les expériences, regarder différents genres d’anime, différents formats, faire une pause dans mes visionnages et y revenir : rien ne me plaisait. Je me demandais si je n’étais pas trop vieux pour regarder des DA, si je « vibrerais » à nouveau pour la japanim’. Heureusement, en juin 2007, j’ai vu La mélancolie de Suzumiya Haruhi. Cet anime, qui a autant de fans que de détracteurs, a reboosté ma passion : oui, il était possible d’avoir une histoire originale avec un duo de personnages originaux.

Depuis, je cherche toujours le nouveau SHNY, un anime dont je pourrais voir les épisodes 4-5 fois sans me lasser. Et j’avoue que  je traverse une période plutôt creuse (voir mon famélique bilan 2011). Début 2012 ça va un peu mieux : j’ai enchainé les 2 saisons de Hajime no Ippo, Kurenai et Persona 4 The Animation (dont l’excellent travail d’adaptation mériterait un billet)

Époque blog (2010-)

Depuis 2008 environ, je consultais plus ou moins régulièrement des blogs en utilisant feu blogchan. Mais c’est seulement au cours de l’été 2010 que j’ai décidé de lancer le mien. À l’époque, j’avais travaillé quelques jours dans une usine. Et quand vous faites ce boulot, seul devant votre machine, vous avez pas mal de temps de cerveau disponible. Et c’est pendant que je cogitais que j’ai eu l’idée des matchs ainsi que quelques autres billets. Oh, je n’avais pas de grandes ambitions , lorsque le blog a été lancé je m’étais fixé une dizaine de billets (ceux que j’avais déjà écrit « mentalement »).

Et puis vous savez ce que c’est, on finit par se prendre au jeu, une fois la dizaine de billets atteinte, on se fixe la barre symbolique des 20, on regarde plus attentivement les statistiques des visites, on se fait faire une nouvelle bannière. On est encouragé par les commentaires, d’abord ceux des potes d’Anime-Kun puis par d’autres. Et il y a aussi la présence sur des agrégateurs comme Sama ou Nanami qui responsabilise pas mal la feignasse que je suis (parce qu’on peut décemment pas s’inscrire sur un agrégateur, puis laissez tomber quelques articles plus tard).

Mais qu’est ce que le blog a changé à ma passion ? Simple : alors que je ne faisais que recevoir des conseils via internet, j’ai pu également en donner en faisant partager ma passion pour certains titres. Jusque là, je publiais de courtes critiques sur Anime-Kun, mais à travers le blog, j’ai pu toucher un autre cercle de passionnés. Quelle agréable sensation j’ai ressenti quand Mackie a lu, apprécié et chroniqué un manga que je lui avais conseillé ici.

 

Voilà plus ou moins où j’en suis actuellement. J’ignore ce qu’il adviendra de cette passion. Vais-je finir par me lasser ? Il est fort probable que ma consommation d’anime continue de fluctuer fortement, mais je pense que je lirais toujours des mangas. Si en effet il peut se dérouler des mois entre 2 visionnages d’anime, je lis toujours 3 ou 4 séries en parallèle.

Bon, je ne sais pas trop si ce billet vous a intéressé mais personnellement, ça m’a fait du bien de me remémorer le passé… ♫ souvenirs souvenirs ♫

Japan Touch : ma première convention.

Ce samedi 3 Décembre, se déroulait à Lyon, la 13ème édition de la Japan Touch. Comme cela fait maintenant des années qu’à chaque convention, je me dit « ouais ce serait bien que j’y aille pour voir à quoi ça ressemble », j’ai décidé de dire merde à la procrastination, de me sortir les doigts et d’aller juger le bouzin sur place. Résultat : une  expérience relativement bonne.

Premier bon point : l’endroit était plutôt facile à trouver. Malgré une grève de tram, quelques dizaines de minutes de bus et de marche et on y est.

Premier choc : chui vieux putain ! J’étais un des plus âgés de la queue, j’ai que 29 ans bordel ! Heureusement la demi-heure d’attente est passée vite et me voilà à l’intérieur. Et là :

Vla la foule ! Dingue, on se serait cru à la sortie d’un stade ! Selon quelques habitués des conventions, on circulait même plus mal qu’à la Japan Expo ! Heureusement que ma technique dite de « la marche les coudes en avant » m’a permis de me frayer un chemin.

Mais le pire, c’était la chaleur. Affreux, le thermostat devait être bloqué, il faisait au moins 25° ! Je veux bien que certains cosplayers soient peu habillés mais faut aussi penser à la masse qui n’est pas déguisée. D’ailleurs, cet argument ne tient pas, certains cosplayers ayant des costumes très chauds. En tout cas, c’est décidé : même si ça a lieu en Sibérie au mois de Janvier, je mettrais un t-shirt à manches courtes pour la prochaine convention.

En parlant des cosplayers, j’avoue avoir été agréablement surpris par ces derniers. Je dois avouer que j’ai toujours trouvé cette activité grotesque, cela étant probablement du à mon éducation (on m’a toujours dit que des adultes « normaux » ne se déguisaient pas quel qu’en soit l’occasion). Et du coup, quand je voyais des photos ou des vidéos de cosplay, j’étais limite gêné pour eux.

Sauf que lorsqu’on est dans l’ambiance d’une convention, ça passe plutôt pas mal ! Je me suis même surpris à zieuter une très jolie Medusa, ainsi qu’une Lara Croft très…convaincante. Comme quoi, le contexte joue beaucoup dans ces cas-là. Par contre, comme je ne suis pas un spécialiste, j’aurais du mal à juger la qualité des costumes représentés. J’ai quand même l’impression que c’était assez bon et surtout très varié. Au passage, pas ou très peu de free hugers…je sais que pour certains habitués des conventions, ils représentent la 11ème plaie d’Égypte. Pas de signes d’eux cette fois-ci.

Le moment que j’ai le plus apprécié, et aussi une des raisons qui m’ont fait venir à cet endroit de débauche, était la rencontre IRL avec des membres d’Anime-Kun. C’est toujours sympa de voir de visu des gens avec qui on s’engueu…discute sur internet. Le « quiz manga » auquel on a participé était aussi très agréable, quoique bien bordélique dans l’organisation. Enfin, je devrais plutôt parler de « quiz manga/anime/jeux vidéos/J-pop/culture japonaise/autres trucs qui ont rien à voir ».

Un gros reproche quand même : 80% des questions concernaient des œuvres récentes. Inutile de dire que j’ai été bien à la rue. C’est d’ailleurs dans ces moments-là, et quand je vois le carton qu’on fait mes collègues, que je me rends compte que je NE SUIS PAS un otaku. Je le savais déjà, j’ai eu la confirmation. Ah et les récompenses pour les vainqueurs étaient moisies, ce qui me donne peu de regrets. Allez, j’arrête de faire le rabat-joie : l’organisatrice du quiz avait une bonne humeur communicative et on a passé un vrai bon moment de rigolade.

Tant mieux d’ailleurs, parce que les autres activités étaient pas géniales. Le coin jeux vidéo était plutôt bien fourni en bornes et on pouvait bien s’y amuser…à condition d’être fan de Street Fighter parce qu’il n’y avait quasiment que ça ! Un danmaku et surtout un Puzzle Bobble Azumanga Daioh étaient les rares alternatives à la bastonnade.

J’ai quand même passé 45 minutes à mettre la branlée à tout le monde à ce truc.

Le contenu des stands était relativement décevant. 40 vendeurs de katana et du HK à foison. En même temps, je n’y suis pas allé pour relancer la croissance, ça tombe bien. Ah oui au fait : les otakus sont des putains de pervers ! Il y avait peut être 300 tapis de souris à vendre et tous sauf un représentaient des filles à gros nibards ! Du coup, pour mon seul achat de la journée, je me suis rabattu sur un tapis de souris Black Butler (alors que j’ai jamais vu/lu cette œuvre).

J’étais aussi parti dans l’idée de faire dédicacer un tome de Fight Girl par Izumi Tsubaki, mais quand j’ai compris qu’il fallait faire la queue pour avoir un ticket qui donnait l’immense privilège…de faire la queue pour avoir sa dédicace, j’ai laissé tomber. Dommage, le joueur du grenier était aussi présent, ça aurait pu être intéressant.

Allez, on résume :

C’était bieng :

  • le cosplay ne m’a pas dérangé.
  • pas de free hugers
  • quiz  sympa
  • rencontre IRL

C’était pas bieng :

  • chaleur étouffante
  • trop de monde
  • trop peu d’activités intéressantes
  • système de dédicace bordélique

Et vous qui avez été à la Japan Touch, qu’en avez vous pensé ? Pour ma part, je renouvèlerais certainement l’expérience, peut être à la Japan Expo…il devrait y avoir plus de trucs à faire là-bas.

PS : merci à LordFay et à Senelcar pour les photos.

Mes mangas (ouah ça c’est du titre original qui pète !)

Cher visiteur, ça fait maintenant plus d’un an que le blog existe, et puisque qu’on commence à bien se connaître, il est temps de faire un pas de plus l’un vers l’autre. Je vais donc te dévoiler une partie de mon intimité : ma collection de mangas !

Et pour bien faire, on va commencer de gauche à droite et de haut en bas :

Akira : l’un des 4 mangas fondateurs de ma passion (avec Gunnm, Rookies et GTO). Si j’ai commencé à lire les tomes au lycée, je ne les ai acheté que quelques années plus tard lors d’une énième réédition.

L’art de la guerre de Sun Tzu : en BD parce que je suis trop feignant pour lire des « vrais » livres.

Les guides book de Kenshin : Kenshin, c’est le seul manga que j’ai lu entièrement à la FNAC…alors histoire d’avoir un peu de Battôsai chez moi, j’ai acheté ces guides books qui regorgent d’informations dont est friand tout bon fan.

Akira, l’animé-comics : j’avais déjà eu entre les mains l’animé-comics de GITS. Et comme j’avais trouvé ça nul, j’ai bien sûr acheté celui d’Akira ! Et finalement, bah c’est nul…quelle surprise !

Rookies : quoi de plus à ajouter ?

La paire et le sabre : le premier et dernier tome ! Ce manga aura au mois eu un mérite : il a multiplié par 2 les visites sur mon blog…

Neon Genesis Evangelion – projet Shinji Ikari : comment j’ai pu acheter 4 tomes d’un truc aussi vide ?

City Hunter : certes, c’est un manga culte mais j’avoue ne pas avoir du tout été emballé par ces 6 premiers tomes. Ah et c’est bien l’édition « caca » de J’ai lu.

Anime Land hors-série 5 : eh oui, à une époque c’était bieng Animeland. Ce hors série est un petit bijou pour tous ceux qui se lancent dans le monde de la japanim’ (présentations d’animes cultes, de mangakas, leurs codes etc…)

Naked Star : mon seul et unique hentai. Ben confirmation que c’est pas pour moi ça…

Ashman, Gunnm, Gunnm Last Order, Gunnm other stories : si je devais faire la queue dans une convention au milieu d’otaks transpirants et puants pour avoir une chance d’obtenir un autographe, ce serait uniquement pour Yukito Kishiro. Gunnm est LE manga qui m’a ouvert ce monde, c’est toujours mon préféré, je n’en ai pas écrit de critiques sur ce blog parce que je flippe ma race de m’attaquer à ce monstre sacré…

Le code de la route : je le passe ce jeudi, souhaitez moi bonne chance !

Yotsuba&! : un petit bijou que j’ai découvert relativement récemment. Du coup, chui baisé parce que de nombreux tomes sont épuisés. J’attends avec impatience leur réédition…

Otaku Girls : un manga qui est tellement bien que j’ai écrit un article dessus !

Fight Girl : le seul shôjo de ma collection. Mais un shôjo avec une héroïne qui est un mix entre Onizuka (GTO) et Tsukamoto Tenma (School Rumble). C’est le manga qui me fait rire actuellement, là maintenant tout de suite.

Get Backers : un shônen à la con. C’est comme la fac : arriver à la moitié, on sait que c’est inutile et chiant mais on se dit qu’on va quand même aller au bout hein…

Vamos la! : Quand j’ai écrit ce billet, le troisième et dernier tome n’était pas sorti. Sinon, j’aurais sans doute encore plus insister sur la maestria avec laquelle l’auteure nous tient en haleine et nous surprend durant les matchs de foot. Pourquoi c’est pas plus long ?

Les vacances de Jésus et Bouddha : assez marrant sans plus. En tout cas, pas assez pour continuer à mettre 7€ dans les tomes suivants.

Melty Blood : beuharg -vomi-

Neon Genesis Evangelion : je sais que ce manga a beaucoup de détracteurs mais moi j’aime bien (je suis un fan absolu de Sadamoto aussi). Petite nostalgie, c’est le premier manga que j’ai acheté quand j’ai commencé mes études à Grenoble. Ah et le rythme de parution est lolesque à souhait (pas de tomes pendant 2 ans puis tout d’un coup 2 en 1 mois)

Tsukihime : je n’ai acheté ce manga quasiment que pour les dessins. Ayant vu la série et jouer à la VN, j’ai pas été vraiment surpris par l’histoire.

Gunsmith Cats, Gunsmith Cats Burst : j’avais parlé de la première série ici, je trouve la suite un ton en dessous, quoique très plaisante…

3 vrais romans dont les incontournables La Pierre et le sabre et La parfaite lumière : 3 livres dans une bibliothèque, quand je vous disait que je ne suis pas un grand lecteur !

Evangelion The Iron Maiden : sans aucun doute LE plus mauvais manga chez moi, mais c’était à une époque où j’achetais tout ce qui s’appelait Evangelion…ça m’aura vacciné au moins…

GTO : c’est le premier manga que j’achetais régulièrement dès qu’un tome sortait (Gunnm, Rookies et Akira étaient déjà entièrement publiés). Pas besoin de présenter ce chef d’œuvre, j’ai du lire chaque tome 5-6 fois.

Der Mond et Die Sterne : je l’ai dit, je suis un fan du trait de Yoshiyuki Sadamoto. Ce sont mes 2 seuls art-books et à l’époque où je les avaient achetés, leurs prix représentaient un vrai sacrifice pour moi  ! Mais je ne l’ai jamais regretté…

Et en dessous, on a en vrac pas mal de numéros d’AnimeLand qui datent de la plupart de la fin de mes années de lycée (2000-2002). On doit aussi trouver en cherchant bien des onze mondial, des playboys et d’autres trucs sans intérêts…hmm

Voilà cher lecteur, je ne sais pas si tout ça t’a intéressé mais je suis sûr qu’après une telle preuve de confiance envers toi, notre relation pourra évoluer vers un nouveau stade…alors sois doux s’il te plaît…