Persona 3 vs Persona 4

Niveau de spoil : aucun

Il y a 2 sortes de gens : ceux qui ont adoré les Shin Megami Tensei Persona et ceux qui n’y ont jamais joué. Si vous faites partie de la seconde catégorie, je vous donne l’autorisation d’arrêter de lire ce billet et de foncer acheter ces références en matière de JRPG. De toutes façon, je vais utiliser pas mal de termes qui vous seront totalement étrangers si vous n’avez jamais joué à ces jeux.

Comme dans tous les cas il est inutile de faire des présentations, entrons directement dans le vif du sujet avec des catégories que j’ai désigné de façon totalement arbitraire. Mais hé, faut bien commencer quelque part non ?

Graphisme

Comme P4 est sorti 2 ans après P3, on peut logiquement s’attendre à une légère amélioration graphique. C’est effectivement le cas, lorsqu’on s’approche des personnages, ceux-ci ont des contours plus fins. Le charadesign est quant à lui heureusement resté le même. Quand aux séquences vidéos, elles sont trop rares pour qu’on puisse réellement faire une comparaison. Avantage P4 ? Et bien pas pour moi, pour une raison simple : je hais le jaune. Et cette couleur criarde est utilisée tant pour le menu, que pour l’intérieur du monde de la TV ;  les teintes de P3 tournent elles d’avantage autour d’un bleu profond. Bon ça chipote tellement, qu’on va déclarer un match nul sur cette catégorie.

Gameplay

La catégorie la plus facile à juger : il est quasiment identique aux 2 jeux à quelques petites exceptions près : dans P4, on peut contrôler les autres personnages lors des batailles, ce qui évite qu’ils fassent n’importe quoi. Certes, ça casse un peu l’immersion mais ça évite de nombreuses crises de nerf. De plus, si vous êtes en difficulté lors d’un combat, les persos avec qui vous aurez tissé des Social Links élevés peuvent vous aider (comme prendre un coup mortel à votre place). Enfin, P4 a une difficulté nettement inférieure à P3 ce qui le rend plus abordable. Avantage Persona 4.

Scénario

Si dans P3 le joueur se pose de nombreuses questions sur la Dark Hour et les shadows, dans P4 il se trouve confronté à une véritable enquête policière. Alors certes, l’identité du véritable tueur est relativement évidente (il faisait partie de mes suspects depuis quasiment le début du jeu). Mais les divers rebondissements sont assez nombreux pour que le joueur reste tout le temps sur le qui-vive et ne cesse de faire marcher ses capacités de déduction. Même si la fin est très décevante (j’y reviendrais), le scénario de Persona 4 est nettement plus abouti. 

Musique

C’est sûr, I’ll Face Myself, Backside of the TV, Reach Out to the Truth sont de super thèmes. Mais dans P3, on a les géniaux Burn my Dread, Memories of youMass Destruction et le très français Changing Seasons. Ainsi que le démoniaque Unavoidable Battle. Et dans P4, il n’y a pas de musique les jours de pluies et je trouve ça stressant (même si c’est pour pousser le joueur à aller dans l’autre monde). Bien sûr c’est une question de goût, mais pour moi l’OST de Persona 3 est légèrement meilleure.

Personnages

Yukari Takeba est mon personnage préféré, tous Persona confondu. Je l’aime tellement que je l’ai foutu dans mon Top8. Drôle et sexy, elle est l’incarnation parfaite de l’arcane des Lovers. Par contre, tous les autres personnages de P3 se font détruire par le casting de P4. Le sidekick du héros ? Yosuke  défonce Junpei (il se paye même le luxe d’être plus beau gosse que le héros et sa coupe au bol). Le non-humain ? Teddie est 100 fois plus marrant que Aegis qui est aussi intéressante qu’une boite de haricots. Le soutien lors des batailles ?  On va pas comparer cette petite douceur sucrée qu’est Rise et cette pauvre Fuka quand même…Non vraiment, Yuka-tan excepté, les personnages de Persona 4 sont bien plus intéressants…

Doublage

N’ayant pas pu jouer en VO, je parle bien entendu de la version américaine. Et vu la quantité ahurissante de dialogues dans ces jeux, il est important que les voix soient agréables, ou au moins qu’elles correspondent aux personnages. Ce n’est hélas pas le cas dans P4, Chie et Yukiko ayant des voix beaucoup trop adultes pour des adolescentes (on a plutôt l’impression que leurs doubleuses ont une trentaine d’années voir plus). Pour le reste du casting, c’est plutôt pas mal. Par contre, c’est un sans-faute pour P3, certaines voix étant absolument géniales (mention spéciale pour Yukari, encore elle, qui a la voix la plus excitante que j’ai jamais entendu). Persona 3 l’emporte donc largement ici.

La fin (big spoiler inside)

J’aime bien les choses carrées : dans P3, on savait qu’on allait affronter tel boss tel jour, on pouvait donc se préparer à »vivre » la fin du jeu. Mais dans P4, je ne savais pas qu’Adachi serait le dernier boss du jeu (bon en fait, il y a 2 boss à la suite -spécialité assez désagréable des Persona- mais ça revient au même). Du coup, j’ai affronté Adachi le 12 Décembre et je me suis fait niquer quasiment 20 jours de jeu (jusqu’au 31) ! C’est dommage parce que si j’avais su, je l’aurais affronter le 31 et j’aurais pu aller jusqu’au bout de certains Social Links…bref, la fin déboule beaucoup trop vite dans P4. J’oublie volontairement la true ending : quand on est obligé d’aller sur internet pour trouver comment la débloquer, c’est signe d’un mauvais développement scénaristique. À partir du moment où ON DOIT chercher la solution ailleurs que dans le jeu (sur internet, un magazine, un pote etc…), on « quitte » le jeu et son ambiance.

Bon en plus de ça, j’aime pas trop la fin triste de P4, avec le héros qui quitte Inaba et tous ses amis qui lui disent adieu avec des trémolos dans la voix. Je préfère de loin la fin de Persona 3, nettement plus heureuse et optimiste (sauf  si vous avez joué à Persona 3 FES : avec le recul vous vous rendez compte de certaines choses trèèèèès désagréables)

À l’arrivée, on obtient donc un match nul…c’était bien la peine ! Mais finalement avec du recul, j’ai une toute petite préférence pour Persona 3, tout simplement parce que c’est le premier JRPG auquel j’ai joué (hors Final Fantasy).

Et vous, lequel préférez vous ? Ah et une dernière question : quand on vous demande votre nom au début du jeu, vous mettez votre vrai nom et prénom (comme moi) ? Ou un pseudo(comme les gars qui foutent les vidéos sur YouTube) ?. J’ai toujours pensé que mettre sa vraie identité renforçait considérablement l’immersion dans le jeu.

Publicités

Rin vs Rin vs Rin

Comme d’hab, un petit topo sur le match précédent. Un match qui a vraiment déchainé les foules (bon, la présence sur Sama a du jouer c’est sûr).
Et à l’arrivée, c’est notre cher docteur Tenma qui l’emporte 19 à 15 contre la lycéenne tarée. Un résultat encore une fois très serré mais la communauté internationale nous certifie qu’il n’y a eu aucune irrégularité ! Je suis quand même un peu surpris, je croyais que School Rumble était nettement plus populaire que Monster. Je m’ai trompé ! Peut être que la réédition de ce manga a joué, allez savoir ! Mais cessons de rêvasser et projetons nous vers l’avenir !

Un nouveau match ô combien cocasse puisqu’il oppose 3 concurrents ! Vous vous y attendiez pas hein ?

Un match à 3 donc qui aurait pu opposer beaucoup plus de personnages étant donné que Rin est un des prénoms les plus courants au Japon. Mais que voulez vous, il faut bien faire des choix ! On saluera donc Rin Tezuka (Katawa Shôjo), Rin Kagamine (Vocaloid) et bien d’autres…

Mais cessons de parler des absents ! IT’S TIME FOR DU…ah merde comment on dit un duel à 3 ?

Rin Tohsaka

vs

Rin Suzuki

vs

Rin Natsume

Fail/stay Night, Fate/stay in the kitchen…rarement une adaptation de VN aura accouchée d’un anime aussi controversé (c’est encore pire pour Tsukihime, une autre production de Type Moon). J’aurais personnellement du mal à comparer les 2 supports étant donné que j’ai laissé tomber la VN au bout d’une heure. Mais c’est vrai que j’ai trouvé l’anime pas terrible. Déjà on nous présente le roi Arthur sous la forme d’une petite blondinette, c’est pas gagné…sinon, les persos sont monolithiques , les combats hyper répétitifs…mais heureusement qu’il y a Tohsaka !

Nan je déconne, j’ai pas trouvé ce personnage particulièrement intéressant. C’est une  magicienne tsundere. Voilà. Au début elle veut tuer le héros (même si elle manque cruellement de conviction) et puis comme en fait c’est une gentille fille, elle va l’aider. Alors là,  tous les fans de F/SN vont débouler « oui, mais l’adaptation est nulle, elle est mieux dans le VN, c’est pas la route qui lui fait le plus honneur, dans Unlimited blade Works elle est vachement mieux ». M’en fous. C’est mon blog, je dis ce que je veux et surtout, je ne parle que de ce que j’ai vu.

Qualités :

  • – elle a inspiré un nombre incalculable de H-Doujin.
  • – Zettai Ryouiki. Moi je m’en fous, mais il parait que ça en affole pas mal…

Défauts :

  • – une tsundere habillée en rouge et qui parle allemand ? J’ai déjà vu ça…et en mieux !
  • – c’est soit disant une super magicienne et elle se fait voler la vedette par Shirou…Shirou !

____________________________________________________________

Bamboo Blade est un anime « tranche de vie » nous comptant le quotidien d’un petit club de kendo. Si je devais définir cette série en seul mot, ce serait « sympatoche ». Pas plus. Parce que bon, faut bien l’avouer le scénario tient sur un timbre post. En fait, la spécialité de cette série, ce sont les cliffangers  : à la toute fin d’un épisode, il se passe un truc ENORME et TERRIBLE. T’a qu’une seule hâte, c’est de voir l’épisode suivant. Et puis en fait ça débouche sur un pet de mouche, l’évènement est expédié en 30 secondes et on est reparti pour un épisode tout trankilou. Mais bon, les filles sont jolies, c’est assez marrant et les combats très courts et très nerveux du kendo sont plutôt bien reproduits. Et comme j’ai vu cet anime deux fois,  je vais pas trop le tailler non plus hein…

Rin Suzuki dans tout ça ? C’est la principale rivale de Tamaki,  la petite héroine. Jusque là, elle n’avait eu le droit qu’à des faire-valoirs ou de grosses garces tricheuses et manipulatrices. Mais Rin n’est pas comme ça. Rin est cool. Elle bat Tamaki à la loyale. Parce qu’elle est plus mature, plus déterminée. Elle partage la même passion pour les animes enfantins que Tamaki mais alors que cette dernière est timide et renfermée, Rin est sociale et charmante. En fait, Rin c’est Tamaki mais en mieux.  A noter qu’elle n’apparait que dans l’anime, comme quoi certaines adaptations sont plus réussies que le manga original.

Qualités :

  • – elle est doublée par Maya Sakamoto. Et ça c’est une putain de qualité!
  • – c’est une jolie fille qui fait du sport, qui est fan d’anime et qui n’a pas une double personnalité psychotique. Que demander de plus ?

Défauts :

  • – Rien à dire : une armure de kendo est l’habit le moins glamour au monde.
  • – Elle est si peu connu que pour montrer des images, j’ai été obligé de faire des screens…

____________________________________________________________

Que dire de plus sur Little Busters! que je n’ai pas déjà dit ici. Ah si, juste une chose : j’ai laissé de côté cette VN à peine à 20% du jeu (dans mon jargon « laisser de côté » veut dire abandonner). Le jeu est toujours bien hein, j’ai pas changé avis. L’histoire est sympa, les mini jeux sont très funs et les gags sont très drôles. Mais le problème est que je me suis mis à Battle Moon Wars, que je manque de temps (qu’est que ce serait si j’avais un boulot!) et que ma difficulté en anglais m’a achevé (oui, je sais, BMW est aussi en anglais). Mais je maintiens : si vous n’avez pas de problèmes avec la langue de George Best, jouez à cette VN, c’est un ordre.

Rin est de loin la fille la plus intéressante du jeu. Elle est un rayon de soleil, chacune de ses apparitions fait souffler un vent de fraicheur. Certains la qualiferait de tsundere, mais en réalité elle est juste dans sa bulle et ne semble pas toujours comprendre le monde extérieur. Un peu comme Haruhi…mais en beaucoup plus drôle et sympa ! Hyper énergique, timide mais sans être autiste, Rin Natsume mérite largement sa place dans ce match.

Qualités :

  • – loli + timide + nekko : elle collectionne les moe-mode sans devenir cliché…GG !
  • – son thème musical est un délice…

Défauts :

  • – elle a appellé un de ses chats « Hitler »…si c’est pas une faute de goût…
  • Little quoi ?

Tous à vos votes…ou à vos commentaires pour ceux (celui?) qui ne peuvent pas voter avec le sondage.

PS : il est possible que je diminue mon rythme de parution car ça me saoule un peu de passer plus de temps à essayer de résoudre des problèmes techniques que d’écrire. Vivement le web 4.0…

Edit : 2 mois après, voici les résultats. Tohsaka l’emporte devant Suzuki 9 votes contre 8. Et pas un seul pour la petite Rin Natsume…c’est vraiment trop injuste…

Tenma vs Tenma

 

Avant d’entamer ce 3ème match, faisons un petit point sur le précédent. On peut déjà noter une large augmentation de la participation puisque 15 votants se sont exprimés (contre 9 lors du match Suzumiya vs Suzumiya). On doit en grande partie cette hausse au référencement de ce blog sur Aggregator Sama. Si je suis un jour accepté sur Blogchan et Nanami, le nombre de votants continuera-t-il d’augmenter ? En tout cas, c’est très motivant pour moi que des visiteurs prennent le temps de répondre à un sondage de ce genre, d’autant qu’au vu des commentaires, beaucoup ne votent pas au hasard.

A l’arrivée, c’est donc Shishio qui remporte l’adhésion au cours d’un match relativement serré. Je ne suis pas trop surpris, Shishio est un perso très charismatique et son chara design ne laisse pas indifférent. Puis de toute façon, tout le monde préfère les mauvais garçons : le perso emblématique de Star Wars est Dark Vador, pas Luke.

Passons maintenant au nouveau match qui oppose également des caractères aux antipodes. Des personnages représentant parfaitement 2 animes qui n’ont que peu de points communs : une comédie romantique et un thriller sombre.

Tenma Tsukamoto

vs

Tenma Kenzô

 

 

Même si 6 ans ont passé, je considère toujours que School Rumble est un des animes les plus drôle que j’ai pu voir. Certes, le scénario est hyper classique : on retrouve comme dans beaucoup de comédies de ce genre un triangle amoureux (voir plusieurs) qui provoque des quiproquos à gogo. Mais le manque d’originalité est largement compensé par de nombreuses scènes hilarantes. Ajoutez à cela une pléthore de personnages ayant tous un caractère (et donc un pouvoir comique) différent, et vous obtenez une série vraiment incontournable.

Et si cet anime a autant de succès, c’est notamment grâce à Tenma-chan. Absolument rien chez cette fille n’est normal. Ses petites couettes bougent toutes seules au gré de son humeur. Elle est bien plus petite et plus immature que sa petite sœur. Elle tombe amoureuse du type le plus inexpressif et le plus inintéressant de la terre. Et bien sûr elle est totalement incapable d’interpréter correctement les sentiments des autres, notamment celui de ce grand dadais d’Harima. Du coup, elle est celle qui déclenche la machine à rire School Rumble sans pour autant monopoliser l’attention (puisque de nombreux arcs ne sont pas centrés  sur elle)

Qualités :

  • Quand elle se tait, elle est vraiment craquante.
  • – Elle est rassurante pour tous les gars qui ont un charisme d’huître et qui pensent ne jamais pécho qui que ce soit.

Défauts :

  • – Chez les Tsukamoto, la star c’est sa sœur.
  • – Ok elle est naïve, drôle, charmante…mais honnêtement qu’est ce qu’elle est conne.

 

____________________________________________________________

Monster est un anime ayant eu l’honneur d’une diffusion française sur Canal+. Pour une case horaire (18H00 de mémoire) habituellement réservée aux ados, Monster détonnait : un seinen oppressant nous contant une chasse à l’homme angoissante, le tout enrobé de pas mal de psychologie. Un thriller extrêmement réussi qui, encore aujourd’hui, est une référence dans ce domaine. Fait rare, l’action ne se déroule pas au Japon mais en Allemagne et en République Tchèque. Au passage, si un lecteur plus cultivé que moi peut m’indiquer quel autre anime se déroule intégralement dans ces pays, je suis preneur car personnellement je n’en vois pas. Malgré cette originalité et d’excellents personnages secondaires, j’ai trouvé le rythme beaucoup trop lent, certains des 74 épisodes ne faisant pas du tout avancer l’histoire.

Le docteur Tenma, héros involontaire de l’intrigue est le fil conducteur de l’anime. Avec lui, on voyage à travers l’Allemagne à la poursuite de cette pourriture de Johann. Même si la série ne m’a pas laissé de souvenirs impérissables, j’avoue que j’ai bien apprécié ce personnage. Sa déchéance tant physique que psychologique est lente et progressive. Il est usé par tout ce qu’il a à subir et les effets sont visibles : on est loin de ces héros qui vivent ce genre de drame tout en restant bien frais et propre sur eux.

Qualités :

  • – Il a un QI au moins 2 fois supérieur à sa concurrente.
  • – Que ce soit dit une bonne fois pour toute : un mec mal rasé est le symbole de la virilité !

Défauts :

  • – après le Dr Ross, le Dr Who et le Dr House, j’aimerais bien voir un maçon héros d’une histoire à succès.
  • – putain, pourquoi tu l’a pas laissé crever HEIN ?

Je rappelle que pour vous exprimer, il suffit de voter grâce au petit sondage en haut à droite. Ne rigolez pas, j’en connais un qui ne l’avais pas vu (non, je ne balancerais pas son nom)

A vous maintenant !

Makoto vs Makoto

Roh mais pas toi, dégage !

Bon, avant de commencer un nouveau match, faisons un petit point sur le précédent. Tout d’abord, je note une participation très légèrement inférieure à ce que je pensais : j’attendais 10 votes, il y en a eu 9.  Les résultats sont à mon sens un peu plus étonnants : je m’attendais à une déferlante de vote pour Haruhi et je craignais même qu’Haruka termine avec un zéro pointé. Que nenni, la déesse ne l’emporte « que » 6 à 3 contre la comateuse.

Plus qu’une véritable attraction pour Haruka, cette dernière a surtout bénéficié du hype Haruhi (qui semble en avoir gavé  certains) ainsi qu’un peu de nostalgie : 2003, année de sortie de Kimi Ga Nozomu Eien semble coïncider avec le début de la PASSION pour pas mal d’anime fan.

Je précise enfin que les votes ne seront jamais clos et que vous aurez toujours la possibilité de donner votre avis en lâchant un commentaire dans le billet concerné.

Maintenant, passons à l’actualité.  Et là je vous le dis, on entre dans le gros, c’est du sérieux ! Éloignez les enfants et les personnes sensibles, parce que c’est du lourd ! Si le premier match était surtout un essai, celui-là représente la quintessence de ce que ces matchs doivent être, l’opposition titanesque entre deux personnages qui n’ont rien en commun !

It’s time for duel !

Makoto Shishio

vs

Makoto Konno

Ah…Kenshin le vagabond. Ce fut un des tout premier manga que j’ai lu, un des tout meilleurs aussi. Vous y trouvez des combats au sabre hyper dynamiques  où les bretteurs utilisent des techniques « humaines » (pas de celles où le gars se transforme en phœnix si vous voyez à quoi je fais référence). Il y a également de la romance (Kaoru est une authentique tsundere) et un cadre historique fidèlement représenté (on y voit tous les bouleversements de la société japonaise durant la restauration Meiji). Et enfin, il y a les bad guys. Si Saito, Aoshi et Enishi ont la classe internationale, Shishio est quand même LE perso le plus charismatique du manga.

Pour faire simple, c’était un assassin qui éliminait ses ennemis avec talent et sadisme. Et ça, c’était l’époque la plus glorieuse de sa vie. Ensuite, il s’est fait trahir par ses employeurs qui lui ont mis une balle dans la tête avant de le brûler vif. Mais comme le bougre est coriace, il a survécu, a rassemblé les pires criminels du pays et a tenté de réaliser un coup d’Etat afin d’éliminer « les faibles ». Enfin bref, un sociopathe hyper balaise dont Nobuhiro Watsuki dit qu’il est « le personnage le plus fort du manga, plus fort même que Kenshin »…carrément.

Qualités :

  • – « Dans ce monde, le corps des faibles devient la nourriture des forts »: quand Shishio explique le darwinisme social, tout le monde comprend.
  • – vous êtes moche comme un pou et vous voulez quand même draguer en convention : cosplayez vous en Shishio !

Défauts :

  • faut être honnête : il a pas une gueule de porte bonheur.
  • – il est mort.

____________________________________________________________

La traversée du temps (Toki wo Kakeru Shôjo pour les chieurs) est la preuve  formelle qu’à partir d’un thème vu 100 fois (le voyage dans le temps), on peut faire un petit film sympatoche très agréable à regarder où on ne s’ennuie pas une seconde. Bon en fait j’exagère un peu, la dernière heure demi heure étant franchement barbante. La réalisation est parfaite, la musique excellente et le chara design de Sadamoto fait mouche, normal vu qu’il s’agit de Sadamoto  :fanboy:

Mais si le film est réussi, c’est surtout grâce au personnage principal : Makoto Konno.  Cette jeune fille hyperactive est un véritable garçon manqué doublée d’une gaffeuse invétérée. Elle est dans tous les plans, insufflant une énergie positive au film. Ce n’est pas une top model, une otaku, ou une loli-tsundere avec de super pouvoirs : c’est juste une fille normale, marrante et instinctive. La meilleure amie parfaite quoi !

Qualités :

  • – elle préfère jouer au baseball avec ses potes plutôt que de faire du shopping ou coller des posters de beaux mecs dans sa chambre.
  • – comme moi, militez pour le retour d’héroïnes qui ont des coupes de cheveux normales avec des couleurs de cheveux normales !

Défauts :

  • – elle remonte le temps une centaine de fois mais ne pense pas à parier sur des rencontre sportives dont elle connait déjà le résultat…pff !
  • – ok, elle est super sympa, elle apporte une bouffée de fraicheur…mais elle a quand même pas un dixième du charisme de Shishio.

Qui de l’assassin psychopathe ou de la gentille lycéenne allez vous choisir ? C’est presque un choix philosophique là…Alors tous à vos votes!

PS : j’adresse au passage un petit merci à Sacrilege pour la réalisation de la bannière du blog : gg ma grande !

Suzumiya vs Suzumiya

J’ai toujours aimé les oppositions entre différents personnages (ah le classique Rei/Asuka…). C’est toujours une bonne occasion de parler de sa série préférée, d’en découvrir une, d’argumenter le plus sérieusement du monde sur un sujet sans importance…et si on a de la chance, il peut même y avoir du troll !

J’ai donc décidé de faire la même chose sur mon blog à mowa !

Attention, il  ne s’agit pas de faire des tournois bien organisés avec classement et calendrier, mais juste une série indéterminée de matchs qui opposent 2 concurrents qui n’ont qu’un seul point commun : leur nom (ou prénom).

Et c’est là tout l’intérêt de la chose : la simplicité ! Chacun vote selon ses propres critères pour son perso favori et n’a même pas à exprimer une quelconque raison autre que « je l’aime bien parce… ». En quelque sorte, un petit concours de popularité sans prétention !

C’est pas une idée géniale ça ?

Oui bon, ça va hein…

En fait, ça me permettra aussi de dire ce que j’ai pensé de tel ou tel anime sans avoir à écrire quelque chose de particulièrement construit :p

Allez, après cette introduction où j’ai vainement essayé de donner des raisons à un pur délire, entrons dans le vif du sujet :

Suzumiya Haruhi

vs

Suzumiya Haruka

Il n’est pas exagéré de dire que  Suzumiya Haruhi no Yuutsu (SHNY) a sauvé ma passion pour l’animation japonaise. En effet, cela faisait plusieurs mois que j’enchaînais des animes qui ne m’enthousiasmaient plus du tout. Je pensais que j’étais peut être trop vieux pour continuer à mater des dessins animés car rien ne m’emballait, je ne trouvais rien original. Et c’est là qu’a débarqué cet OVNI qu’est SHNY, sans qui donc, ce blog n’existerait pas (ce serait dommage hein ?). Outre des qualités scénaristiques et graphiques évidentes, c’est surtout le duo Kyon/Haruhi que j’ai adoré.

Kyon est le narrateur, il est cynique, drôle et il observe le monde qu’il entoure comme si il n’en faisait pas partie.

Et puis, il y a donc Haruhi. Dès ses premières minutes à l’écran, on sent que c’est un personnage à part. Elle est profondément égoïste, manipulatrice, elle n’en fait qu’à sa tête et n’écoute que son instinct. Mais tout cela la rend très attachante car il est assez rare de voir des fortes têtes parmi les perso féminins d’anime, hormis le cliché tsundere vu maintes fois…

Qualités  :

  • – une personnalité à part dans la japanime.
  • – elle nous a offert une des plus belle scène de concert jamais vue.

Défauts :

  • – la limite entre une fille au caractère bien trempée et une chieuse est très mince.
  • – son énorme fanbase française n’a jamais entendu parler de ce blog.

____________________________________________________________

Je me rappelle surtout de Kimi Ga nozomu Eien car c’est la première série que j’ai vu avec mon casque sans fil. Avant, je n’avais que ces pauvres enceintes qui ne me permettaient pas vraiment de m’immerger dans l’ambiance d’une série, surtout à cause du bordel permanent dans mon quartier. J’ai sauté le pas et acheté (assez cher) un casque sans fil et là, j’ose le dire : ça a changé ma vie (oui bon, je passe peut être trop de temps sur mon PC).

Hein, quoi KGNE ? ah oui…ben en fait pas grand chose d’autre à dire. On a l’impression qu’on part sur une comédie romantique à 2 balles et à la fin du 2ème épisode, on prend une grosse claque dans la gueule. Et ensuite, on a une comédie dramatique à 2 balles. Si ils n’avaient pas tant forcé sur les violons, ça aurait pu être un bon anime. Mais trop de mélo tue le mélo.

Malheureusement Haruka est victime de cette dérive. Le coup de « je tombe dans le coma, je me réveille, je retombe dans le coma, je me reréveille » ça m’a achevé. Jusqu’à là, c’était le prototype même de la petite ami serviable (qui a dit soumise ?) qu’on voit dans beaucoup de triangle amoureux. Pas follement intéressante donc.

Qualités :

Défauts :

  • – elle se fait voler la vedette par sa meilleure amie.
  • – quand vous tapez Suzumiya Haruka sur google, on vous propose Suzumiya Haruhi…si ça c’est pas la loose…

Alors, ça avait l’air d’une idée à la con, mais finalement il est pas mal ce billet, non  ?

Hum…bon, si vous voulez me faire plaisir,  tous à vos votes !

( et on remercie Sib pour ce beau sondage qu’on a à droite : merci Sib!)