Kara no Kyoukai

Niveau de spoil : léger

Avant de parler de cette série de 7 films (vous comprenez la raison pour laquelle je ne vais pas écrire de synopsis), j’aimerais dire quelques mots sur le Nasuverse.

Kinoko Nasu est un auteur japonais bien connu des otakus puisqu’il est à l’origine d’œuvres comme Tsukihime, Fate/stay night et donc Kara no Koukai. Toutes ces œuvres, bien que indépendantes les unes des autres, se déroulent dans le même univers, le nasuverse donc. J’ai passé plusieurs heures sur le Wiki de Type Moon car cet univers très riche m’attire beaucoup : des vampires, des familles au sang maudit, l’association des mages, l’église…on y trouve des personnages idéalistes ou cyniques, chevaleresques ou manipulateurs, souvent rongés par leur destin. Leur quête du bonheur n’est pas sans danger et rares sont ceux qui parviennent à l’obtenir. Et c’est cela qui est très fort : même en étant attiré par leurs aventures, on ne peut s’empêcher de se dire que les plus heureux sont finalement les humains normaux qui ignorent tout de ce monde surnaturel. Mélangeant des affrontement très typés « shônen » et des histoires matures, le nasuverse est un univers fascinant auquel on devient vite addictif.

Non en fait, le nasuverse n’a qu’un seul défaut : l’adaptation en anime de ses œuvres est catastrophique.
Tsukihime a accouché d’un anime d’une lenteur inouïe, son rejet par les fans de la visual novel d’origine est devenu un meme « there is no tsukihime anime ». Le manga est d’ailleurs infiniment meilleur.
Fate/stay night a hérité d’un des héros les plus pathétiques de tous les temps. Cherchez le définition d’un boulet dans le dictionnaire, vous aurez la photo de Shirou juste à côté. Beaucoup estime que parmi les 3 scénarios de Fate, c’est le moins passionnant qui a été adapté : je veux bien les croire.
Fate Zero est un poil meilleur : reprenant la guerre du Graal qui a eu lieu 10 ans avant Fate/stay night cet anime est nettement plus sombre et bénéficie d’une animation sans faille. Malheureusement, si on retient quelques personnages charismatiques et quelques bonnes scènes, celles-ci sont noyées au milieu de blabla et de réflexions pseudo philosophiques inintéressantes.

Alors, Kara no Kyoukai va t-il être un énième ratage du Nasuverse ? La réponse est un gros NON.

J’ai décidé de regarder les 4 premiers films par ordre chronologique alors que l’ordre de sorti en salles était 2-4-3-1. Certains excités vont crier au scandale mais j’ai toujours préféré faire les choses dans l’ordre. J’avais regardé La mélancolie de Suzumiya Haruhi dans l’ordre chronologique et j’avais adoré. Et je pense que j’ai fais le bon choix avec KnK. En effet, le scénario de ces films étant déjà brouillon, j’aurais certainement détesté être encore d’avantage perdu. Oh bien sûr, quelques questions ne trouveront pas de réponses, d’autres uniquement dans le dernier volet. Mais j’ai pu regarder chaque film en une traite, ce qui est plutôt rare chez moi.

« Elle a les yeux revolver, elle a le regard qui tue… »

Même si je n’ai pas été enthousiasmé par ces 4 films, il y a suffisamment de qualités pour que le visionnage se fasse sans souci. La musique restera un point fort tout au long de la saga : triste, mélancolique mais très belle. Le charadesign est excellent et la réalisation est soignée même si je n’ai pas été convaincu par les scènes de combat. J’ai d’ailleurs un gros bémol à ce sujet. Shiki réalise des performances physiques beaucoup trop ahurissantes pour être vrai. Certains me diront qu’on est dans un anime, que l’exagération est de mise. Certes mais le problème, c’est que KnK se déroule dans un univers où l’on fait naturellement des comparaisons. Or, voir une humaine au niveau athlétique d’un vampire (Tsukihime) ou d’un servant (Fate), ça la fout mal. On a la désagréable impression qu’on a boosté artificiellement ses capacités afin de rendre les combats plus dynamiques ; et finalement on décroche parce qu’on y croie pas (et surtout à l’arrivée ils sont pas si géniaux que ça)

Au niveau de l’histoire, on retrouve les personnages torturés caractéristiques du nasuverse qui essayent de vivre tant bien que mal avec tous leurs défauts.
Bref ce n’est pas exceptionnel mais ça se laisse regarder.

Les choses se gâtent méchamment avec les films 5 et 6 qui sont de véritables purges. Ils regroupent tout ce que l’animation japonaise fait de pire : dialogues sans queue ni tête, motivations obscures des « méchants », mise en scène confuse. Le scénario a de multiples trous, seuls ceux ayant lu les romans pourront les combler. Les autres ne comprendront rien à ce qu’ils ont devant les yeux. Dans le 6, on a même le droit à un brother complex qui sortira de nul part (ça existe des animes avec des frères et des sœurs qui ont des relations saines ?) De plus, l’histoire ne me semble pas vraiment cohérente : dans le 6, Shiki accompagne Azaka car cette dernière ne peut pas voir les fées. Pourtant lors du combat final, elle peut les voir parfaitement (juste avant d’affronter une fleur géante magique…WTF).

Méchants de série n°177 et n°285 : l’excentrique arrogant et le ténébreux mystique.

Très franchement, j’ai vraiment lutté pour finir ces 2 films. Mais cela valait le coup car le dernier est juste magnifique. Il répond à une grande partie des questions qu’on se posait dans le premier film : qui a commis tous ces crimes et pourquoi. Et là miracle, non seulement l’explication est cohérente mais elle surprend par sa normalité. Le méchant en devient crédible et c’est en partie grâce à lui que toutes les pièces du puzzle se rassemblent parfaitement. L’enquête est bien rythmée, les dialogues ont un sens et la fin est superbe : les deux heures que durent le film passent très rapidement. On en vient même à éprouver de l’empathie pour des personnages qui jusque là nous indifféraient totalement. Le changement le plus notable vient de Shiki, l’héroïne de KnK étant jusque là parfaitement antipathique. Il faut dire que je n’ai jamais aimé les personnages qui tirent la gueule en permanence. De plus, sa puissance cheatée me saoulait et son doublage est plutôt banal (on a connu Maaya Sakamoto plus inspirée). Mais dans le 7, on se rapproche petit à petit de Shiki, on comprend ses doutes et ses angoisses. Koukouto prend également de la profondeur : son discours  sur le fait qu’on ne doit jamais tuer qui que soit ressemble un peu à celui de Shirou de F/S N. Mais plus que de la naïveté, il cherche surtout à protéger la femme qu’il aime. Ajoutez à cela une superbe musique et vous obtenez le meilleur des 7 films et de loin.

 

Kara no Kyoukai est une série de films inégaux en terme de qualité. Les 4 premiers sont relativement bons, le 5 et le 6 mauvais et le dernier excellent. Et comme c’est souvent la dernière impression qui compte, je considère finalement que KnK est la meilleure adaptation d’une œuvre de Nasuverse, peu inquiétée par la concurrence il est vrai. Il est d’ailleurs ironique de voir que le meilleur film est un de ceux qui reposent le moins sur la magie et le surnaturel…

Publicités

3 Réponses

  1. J’adore les longs blablas sans queue ni tête, les longues scènes où il ne se passe rien mais juste belles à regarder avec la bande-son adéquate. J’adore les personnages pinces-sans rires qui se balancent des vannes horribles en tirant une tronche de 10m de long… bref j’adore KnK, j’adore F/Z.
    J’avoue quand même que je n’ai pas succombé devant les bonus, notamment celui où ils blablatent pendant 1hr sous la neige.
    Et j’avoue aussi n’avoir jamais réussi à passer plus de 30 secondes sur le wiki Type-Moon. Tout l’univers autour des light-novels ne m’intéressant pas particulièrement. Même si je suis sûr que delà m’aurait apporté beaucoup de clefs sur la compréhension de KnK.
    FZ est de ce point de vue là beaucoup plus abordable, pour peu qu’on ait un minimum (voir plus) de notion d’histoire.
    En fait, même si j’ai bien saisi les reproches que l’on fait à Type-Moon et la manière dont leurs prods sont maltraités sur pas mal de forums, ça m’a toujours laissé perplexe tellement c’est loin de la fascination que j’ai pu éprouver en regardant KnK ou FZ (ah! FZ et ses perso torturés, malades et vicieux, quel horreur jouissive). Remarque quand même que je ne cite que ces deux là ^^. Bien que UBW vaille aussi largement plus qu’un simple coup d’oeil.

    • FZ est de ce point de vue là beaucoup plus abordable, pour peu qu’on ait un minimum (voir plus) de notion d’histoire.

      ► tu parles de l’histoire du nasuverse ou de l’Histoire avec un grand H ? Parce que si c’est le dernier, je vois pas en quoi savoir qui était Gilgamesh et compagnie aide à apprécier FZ…

  2. Effectivement, je pensais à l’Histoire, mais il est vrai que ça n’apporte que peu de choses pour la compréhension de la série. C’est plus pour le délire perso de voir comment des personnages historiques sont détournés. En fait, la réflexion est sûrement encore plus valable pour le manga de Drifters: voir le délire autour de Jeanne d’Arc sans connaître sa vie fait perdre pas mal de sa saveur au manga.
    Pour FZ, avoir vu la saison précédente n’était même pas forcément nécessaire (pas plus que les horribles films – espèces de condensés en version lecteur vidéo avec la touche >> restée coincée). Je m’étais pour ma part contenté de la présentation des persos sur le site Anime Kun : http://www.anime-kun.net/webzine/article-fate-stay-night-bonus-fate-zero-469.html

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s