Persona 2 : Innocent Sins

Spoiler : léger

Étant un fan absolu de Persona 3 et 4, que je considère comme les meilleurs RPG au monde, j’avais depuis longtemps envie de tester leur prédécesseur. Et quand j’ai vu que Persona 2 : Innocent Sins n’était pas vendu très cher, je n’ai pas hésité longtemps. Autant vous le dire tout de suite, j’ai été assez déçu…

On connait tous ces RPG dont l’introduction traîne trop en longueur. C’est souvent le cas des Final Fantasy, mais ça l’est aussi dans P4 : ça parle, ça parle et on se demande quand l’action va commencer. Et bien P2, c’est exactement l’inverse ! On ne présente pas les personnages, on ne présente pas l’environnement, on est lancé dans le bain tout de suite. Une sombre histoire de rumeurs qui deviennent vraies, un lycée envahi par des démons et hop ! On affronte un boss très rapidement.

Si c’était un parti pris scénaristique de ne rien expliquer, par exemple pour privilégier le rythme à l’immersion, on pourrait comprendre ce bordel. Malheureusement, on se rend vite compte que le scénario dans son intégralité est un bazar sans nom. Dans Persona 2 on a donc : des rumeurs qui deviennent vraies, des démons, un méchant qui s’appelle « Le Joker » (ça me rappelle quelque chose), une pierre magique, un pyromane, une secte qui pose des bombes, des nazis, des crânes de cristal, une ville qui s’envole (non je n’ai pas fumé), une rivière souterraine (qui était placée sous la pierre magique, ah ah tout s’explique), un temple maya, de la mélancolie ras la gueule et les traditionnelles figures divines propres à chaque Persona…ouf !

Affronter Hitler armé d’une lance magique : normal…

Bon histoire de ne pas être rabat-joie, il est vrai que la fin explique une bonne partie de ces phénomènes. Le problème, c’est qu’en attendant, le joueur n’a rien compris à ce qu’il s’est passé et a navigué à vue pendant des dizaines d’heures…Par contre, la conclusion est vraiment bien trouvée, un mélange de tristesse et d’espoir, elle est franchement excellente.

Les personnages souffrent eux-aussi d’un manque de développement. Alors que dans P3 et P4, ils ont une vraie profondeur et différentes facettes, ceux de P2 sont nettement plus monolithiques. Et surtout leur développement intérieur est raté. En effet, au fil du jeu, on en apprend plus sur le passé de nos héros à travers de nombreux flashbacks. Malheureusement, c’est cliché-time ! Le beau gosse qui se la pète est un ancien gros qui bégayait ! Et la jolie idole du lycée souffrait d’une grande solitude étant enfant.  Très original tout ça…Quand à celle qui joue le rôle de grande sœur, elle…ben elle jouait déjà le rôle de grande sœur en fait…Quand à Jun, je dirais qu’il est aussi intéressant que Ken Amada, c’est dire.

Bon sur le coup, je suis un peu sévère car certains persos de P3/P4 ne brillaient pas non plus par leur originalité. Mais au moins, ils évoluaient au cours du jeu (l’acceptation de soi est même centrale dans Persona 4). Dans Persona 2, je défie quiconque de trouver un changement de caractère entre les personnages au début et à la fin du jeu.

Heureusement, le charadesign est plutôt réussi : si le héros ne ressemble pas à grand chose, les autres personnages ont une identité visuelle propre. Sauf Jun . Non je ne m’acharne pas, ce perso est NAZE ! (il se bat avec des fleurs quand même. Oui oui, en envoyant des fleurs sur les ennemis…). Le reste du graphisme est aussi très bon, même si le poids des années se fait un peu ressentir. En effet, le portage sur PSP n’a pas changé grand chose : les menus et les barres d’HP sont un peu plus propres, mais les phases d’exploration et de combat restent assez pixelisées. Rien de bien méchant quand même, ça pourra éventuellement rebuter les plus jeunes joueurs, c’est tout.

« la signification de cette fleur c’est…OMG, i’m so gay ! »

J’ai entendu dire que par rapport à la version originale, celle sur PSP se démarquait surtout au niveau sonore.  N’ayant pas joué à ce jeu sur PS1, j’aurais du mal à me prononcer même si je trouve que les différents thèmes musicaux sont vraiment bons. Difficile par contre de parler du doublage, celui-ci étant réduit à quelques répliques de temps en temps. C’est d’ailleurs assez lourd de voir la PSP charger 3 bonnes secondes pour un « Wow! » (véridique).

Et le gameplay dans tout ça ? Mitigé. Les héros peuvent choisir entre attaquer, se défendre, utiliser un objet ou invoquer leur persona. Celle-ci a différents genres de sort (feu, eau, terre etc…) qui agira plus ou moins efficacement sur les ennemis selon leurs faiblesses. Que du grand classique,  à l’exception de deux choses.

Premièrement, il est possible d’éviter un combat en discutant avec votre ennemi. Selon ce que vous lui direz, il vous attaquera, s’enfuira ou vous donnera de l’argent ou des cartes. Les cartes en question permettent d’invoquer de nouvelles personas. Malheureusement, cela devient totalement inutile passé la moitié du jeu, puisque les nouvelles personas de base des héros sont largement assez puissantes pour faire face à tous les ennemis ; nul besoin donc d’en débloquer de nouvelles.

Si vous décidez de combattre votre ennemi plutôt qui lui taper la discute, il est possible de combiner les attaques de 2 ou 3 personnages afin de réaliser un « fusion spell » : celui-ci sera bien plus puissant qu’un sort ordinaire. Je trouve que c’est une bonne idée et je me demande pourquoi ils ont abandonné ça dans les autres Persona. On aurait pu par exemple inclure un système où les relations entre les personnages (Social Link) influeraient sur la puissance des attaques.

Exemple d’un fusion spell de type glace.

Il y a aussi 2,3 trucs assez bizarres. À quoi sert de montrer la répartition des dommages sur chaque ennemi ou allié, sinon à casser le rythme du combat ? Probablement à rien puisque cela sera corrigé dans P3. Enfin, que chaque attaque d’une persona, quel que soit son type ou sa puissance, coûte le même nombre de SP est aussi assez zarb…là aussi, P3 rectifiera le tir.

Mais le plus gros défaut de Persona 2, c’est la répétition des donjons. Ceux-ci sont déjà assez inintéressants à la base mais ils sont en plus hyper nombreux. Sérieusement, je me suis emmerdé comme un rat mort lors de la visite des 4 temples vers la fin du jeu. Et pourquoi des démons surgissent partout, que ce soit dans un lycée, une salle de jeu ou un magasin ? Apparemment les développeurs n’ont pas jugé bon de donner une explication au joueur…En plus de tout cela, le jeu est très facile, les boss se font vaincre sans aucune difficulté. Absolument pas de challenge pour le joueur donc…

 

Finalement, Persona 2 : Innocent Sins est un jeu décevant. Il n’est pas franchement mauvais (je ne suis pas maso, si je l’ai fini c’est qu’il est supportable) mais il manque globalement d’intérêt. Non seulement, il fait pâle figure à côté des autres Persona, mais même en dehors de la saga, je pense qu’on peut trouver de meilleurs RPG sans souci. Parce que quand même,  l’endroit où je me suis le plus éclaté dans ce jeu, c’est dans le casino et ses mini-jeux…y a un souci, non ?

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s