Soul Eater : tout ça pour ça !

 

Attention : ce billet spoil méchamment ! L’auteur décline toute responsabilité en cas de « non-putain-j’ai-pas-pu-m’empêcher-de-lire-chui-trop-con ! »

Je dois avouer que jamais été un grand fan de shônen. Bleach m’est passé au-dessus, Naruto m’énerve méchamment et One Piece…bon faudra que je me décide un jour à mater au moins un épisode de One Piece quoi…

Mais en tombant sur un AMV génial (vu pour la première fois ici), je me suis dit que j’avais peut être trouvé la perle rare, un shônen violent, glauque et sombre. Et j’avais à moitié raison, car si je me suis vite rendu compte que Soul Eater n’avait rien de sombre, je me suis quand même bien amusé à mater cet anime de 51 épisodes.

Faut dire que visuellement, c’est très impressionnant. L’animation est vraiment fluide, les combats claquent bien. Je regretterai juste ce défaut « shonenesque » : pourquoi les persos se sentent obligés de crier le nom d’une technique avant de l’utiliser ? Parce qu’ils sont fair play vis à vis de leur adversaire ?

Le chara design est très réussi, chaque personnage a son identité propre. On regrettera juste que de profil, ils semblent avoir le nez coupé. Quand aux décors…ils sont juste parfaits ! Afin d’insuffler une ambiance horrifique, les lieux des combats sont minutieusement choisis : un cimetière, une église, une ville en ruine, des souterrains…et la plupart du temps l’action a lieu de nuit ou par temps pluvieux. Si vous ajoutez à ça une Death City qui a des faux airs du Londres de Jack L’éventreur, vous obtenez un univers fantastique très prenant. Et comme je dis toujours, pour faire un bon anime, vous avez besoin de 2 choses : un univers réussi et des personnages intéressants. Et là aussi, Soul Eater a tout bon.

Le duo principal est vraiment attachant. Maka est la petite fille modèle, première de sa classe, sans pour autant être gonflante (et j’adore sa tenue). Elle forme un tandem très complémentaire avec Soul, adepte de la cool-attitude (parfaitement reflété par son seiyu).

Je vais jeter un voile pudique sur Black Star et Tsubaki qui semblent s’être trompé d’anime pour parler directement de Death The Kid. Certes il a un nom ridicule mais possède tout de même une certaine classe (surtout au début de l’anime, par la suite je trouve qu’il devient trop un faire-valoir de Maka). Avec son costume tiré à 4 épingles, ses bagues et les 2 filles qui le suivent en permanence, il ressemble pas mal à un mac…classe je vous avais dit.

Mais le personnage le plus surprenant reste Shinigami qui, par sa fonction de dieu de la mort devrait être un monstre de puissance craint par tous.  Et finalement on se retrouve avec un être difforme d’une nonchalance extrême. On lui doit d’ailleurs  la scène la plus drôle de l’anime.

Au fait, vu son anatomie, je me demande comment il a fait pour avoir un enfant (encore une question que personne d’autre que moi ne se pose…). Pourtant, même si sa personnalité est réussie, je dois avouer que son côté « gros bourrin » ressort mal : 2 combats pour 2 défaites, c’est pas glorieux…

Et enfin il y a la fameuse Médusa,  sorcière ultra charismatique qui représente 90% de l’intérêt de l’anime pour moi. Une sorcière qui arrive direct dans mon top10 des meilleurs méchants. D’une, elle est doublée par la même seiyu que Miya-Miya (Bambo Blade) et Tomoyo (Clannad) ce qui est déjà une preuve de qualité. De deux, son design est génial puisque évolutif. Une jolie blonde élancée qui d’une seconde à l’autre se transformera en une créature au visage hideux.  Et surtout il y a son côté salope. Oui parce qu’il faut le dire, on est en présence d’une véritable garce manipulatrice. La façon dont elle traite son propre enfant, menace Eruka, prend possession d’un nouveau corps (LA scène la plus hardcore de l’anime), tout ça la rend à la fois charmante et détestable. Elle fait partie de ce genre de perso dont on a hâte qu’il apparaisse à l’écran tout en souhaitant qu’il crève dans d’atroces souffrances. Ah ben tiens, sa mort aussi est géniale. En général, lorsque les méchants crèvent, il y a 2 options : la repentance de dernière minute et le côté « nonnnnnnn ! ». Sauf que Medusa, elle crève le sourire aux lèvres en déclarant que « ouais c’est bien de m’avoir tué, mais on va voir ce que vous allez faire contre le démon que J’AI réveillé »…arg, même dans ses derniers instants, elle aura pris tout le monde pour des merdes celle-là…

 

 

D’ailleurs, il faut bien le dire : l’intérêt de la série meurt en même temps qu’elle (soit 6 épisodes avant la fin). Car c’est là le gros défaut de l’anime : la fin est toute moisie. Pour résumer : Maka tue Médusa, Ashura tue Arachne et Maka tue Ashura…cool…

Que le final se concentre sur les 7 héros et sur Ashura, ça parait logique. Mais les autres personnages ? Les 4 deathscythes et les autres étudiants de la shibusen n’ont aucun rôle à jouer, autre que celui d’observateurs. Et quelqu’un a des nouvelles d’Eruka et de Free ? Eux, c’est simple, leur utilité s’est arrêté quand le démon s’est réveillé, depuis ils ne font que de la figuration.

Mais y a encore pire : c’était bien la peine d’introduire Mosquito et Giriko, deux gros bourrins si c’est pour qu’ils se contentent de faire acte de présence lors du grand show final. Comme il n’y a aucun  épilogue durant le dernier générique de fin, on n’a aucune idée de ce qu’ils sont devenus. Des idées ?

Vous avez donc compris que les 2/3 des persos ont été bazardés lors du dernier affrontement. Mais ce ne serait pas problématique si ce dernier était réussi, ce qui n’est pas le cas. Vous connaissez surement beaucoup d’anime où on a l’impression que les scénaristes improvisent, qu’ils ne savent pas ce qu’ils ont prévu pour les épisodes à venir. Et bien là, c’est encore pire, on a l’impression que c’est le dernier épisode dans son ensemble qui est de l’impro…

Au passage : j’ai déjà vu des animes où les héros triomphent grâce à « la force de l’amitié ». Mais que Maka batte le démon grâce au courage, c’est nouveau pour moi…remarquez j’aurais du m’en douter, elle avait déjà battu Crona grâce à la gentillesse. A l’arrivée, c’est bien la peine de se foutre des gnons pendant 51 épisodes s’il suffit d’avoir de bons sentiments…

Il faut noter que l’a diffusion de l’anime a rattrapé la publication du manga ce qui peut expliquer que l’histoire parte en sucette à un certain moment, les scénaristes de Bones étant apparemment moins inspirés que l’auteur  original (car on me souffle à l’oreille que le manga est bien mieux scénarisé que l’anime).

 

Finalement je ne vais pas faire mon rabat-joie : même si les derniers épisodes sont totalement bidons, je garderais quand même un bon souvenir de Soul Eater.

 

Publicités

8 Réponses

  1. Une petite coquille dessus: « …L’auteur décline toute responsabilité… »

  2. C’est corrigé 😉

  3. T’as vu ça! On aurait pu en faire un mème : à chaque fin expédiée de façon surréaliste, on devrait foutre « I wanna be » des Stances Punks. Bah, les histoires d’amour finissent mal, comme dirait Catherine Ringer. Peut être Soul Eater Brotherhood dans deux ans avec le canon inédit? 😛

  4. « l’intérêt de la série meurt en même temps qu’elle (soit 6 épisodes avant la fin) »

    J’aurais plutôt dit à la fin du superbe affrontement entre Medusa et Franken Stein. La nouvelle donne des Death Scythes est franchement nulle. (Le prêtre aux écouteurs…) J’ai eu un mal fou à accrocher à cet arc vu que Medusa est reléguée à l’arrière plan.

  5. Concombre Masqué : devant le manque de créativité des studios actuel, ce ne serait effectivement pas étonnant de voir un nouvel anime de Soul Eater se calquant sur le scénario du manga.

    Ileca : j’ai bien aimé le début de l’arc Arachne qui laissait espérer quelque chose de grand. Une nouvelle sorcière, le retour de Médusa, le réveil du démon…il y avait vraiment matière à faire quelque chose de mieux je pense.

  6. Ce qui m’a fait le plus mal, c’est la retombée d’intensité. Devoir redémarrer sur de nouvelles bases pas terribles (Arachne est franchement bof et l’idéologie du big boss est un gros flan), c’est aussi difficile que d’entamer le second arc de Death Note.

  7. « One Piece…bon faudra que je me décide un jour à mater au moins un épisode de One Piece quoi… »

    Ou encore mieux: lire le manga. Parce que l’anime, c’est pas franchement ça question qualité, malheureusement…
    N’hésites pas à lire le manga de Soul Eater également, tu verras, ça te changera de l’anime.

  8. « l’idéologie du big boss est un gros flan » : c’est vrai que j’ai pas vraiment capté le (trop) long dialogue avec Shinigami. Je n’en ai pas parlé parce que je pensais que ça venait peut être du sub fr…

    Tinky : j’ai feuilleté le tome 11 de Soul Eater et c’est vrai que ça à l’air assez différent de l’anime. J’avais lu le tome 1, le dessin était franchement pas terrible mais le mangaka s’est bien amélioré sur ce point.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s