Rookies, un manga qui roxe !

Si je vous dit « baseball » et « manga », vous penserez sûrement à Touch, le grand classique d’Adachi. Mais relativement peu de gens connaissent Rookies et c’est dommage, tant cette œuvre pourrait être une référence du shônen sportif.

L’histoire est très classique : un jeune prof idéaliste (Kawato) débarque dans une école dont le club de baseball est rempli de voyous puis va les remettre sur le droit chemin grâce à l’amour du sport où ils apprendront des valeurs comme la solidarité, le respect, le dépassement de soi, l’injection de stéroïdes (ah non…)

Bref, un manga qui va sentir bon la sueur, la vraie, la virile, pas celle de ces tapettes de métrosexuels qui font de la muscu juste pour se faire beau lors de la technoparade. Comme dans tout bon shônen qui se respecte, il n’y a d’ailleurs qu’un seul personnage féminin de tout le casting. Elle réussit toutefois à éviter le poste de cruche suprême (aka « chef des supporters ») pour obtenir, plus gratifiant, celui de « manager du club ».

Le résumé peut vous faire penser à GTO. J’ai d’ailleurs souvent vu cette comparaison sur le net, notamment en ce qui concerne une ressemblance Kawato/Onizuka. Sauf qu’en fait pas du tout. Là où Onizuka a des motivations tout sauf pédagogiques, Kawato a toujours voulu être un bon professeur pour le bien de ses élèves. Là où Onizuka passe une cassette vidéo de ses cours pour aller jouer dans une salle d’arcade, Kawato pleure d’émotions en lisant un classique de la littérature japonaise. Et si Onizuka a souvent tendance à faire parler son don pour la bagarre, Kawato encaissera des coups sans broncher (malgré une ceinture noire de karaté). En réalité, Kawato, par son exaltation et ses méthodes anticonformistes ressemble beaucoup plus à Robin Wiliams dans le cercle des poètes disparus.

Mais là où Rookies réussi un véritable exploit, c’est qu’on se prend à trouver passionnantes les rencontres de baseball. Parce que disons le franchement, le baseball est juste le sport le plus chiant au monde. Même si certains matchs  s’étalent sur plusieurs tomes, les rebondissements et les actions d’éclats rythment efficacement les rencontres. Et si comme 99% des français vous ne pigez rien à ce sport, rassurez vous : c’est en lisant Rookies que j’ai appris les règles du baseball.

Ce manga n’est tout de même pas exempt de tous défauts. Le plus gros d’entre eux : l’importance hallucinante que revêt la victoire alors qu’il ne devrait s’agir que d’un sport, un passe-temps de lycéen.

Si j’avais une plus grande connaissance de la japanim’, je ferais d’ailleurs un dossier là-dessus. L’exaltation fanatique que revêt le résultat d’un match me gêne toujours un peu. Petite aparté :

-Dans Captain Tsubasa, ce dernier joue avec une épaule en vrac, risquant ainsi sa future carrière juste pour pouvoir gagner un tournoi de lycéen avec ses copains.

– Dans Jeanne et Serge, les filles subissent les pire humiliations (insultes, coups) de la part de leur entraineur uniquement dans le but de progresser.

– Dans Bamboo Blade, Miya-Miya abandonne le club parce qu’elle pense qu’elle ne  ne battra jamais sa rivale. Le plaisir de passer du temps avec ses amies ? Elle s’en fout !

Et donc, dans Rookies, pour convaincre un médecin d’injecter un antidouleur au lanceur de l’équipe, Kawato aura cette magnifique réplique : « pour mes joueurs, perdre ce match, c’est mourir ! »….carrément ! Ajoutez à cela des mecs qui jouent avec des côtes ou des doigts cassés et vous avez un parfait exemple d’une volonté farouche et du sacrifice individuel au profit du collectif. Glups…je sais pas pour vous, mais moi ça me met mal à l’aise.

‘fin bref, ce défaut étant inhérent à tous les shônens sportifs, je conseille tout de même à tous ceux qui ne connaissent pas Rookies de s’y pencher sérieusement !

Publicités

5 Réponses

  1. (t’as activé une modération de com’??)

    Ah Rookies, avec du recul ça manquait d’une touche féminine ce manga. Juste des brutes pendant 18 volumes ça pèse :p

    Sinon pour le « fanatisme » dans les compétitions scolaires, il faut quand même accepter que ça fait tout l’intérêt de certaines œuvres et que plus on vise haut, plus on est sérieux.

    Et dans Rookies, c’est la fin du club qui se joue si j’ai bon souvenir et ce club c’est tout ce qui peut remettre ces brebis galeuses sur le bon chemin et leur rendre leurs rêves! D’où la « mort » évoquée par Kawato.

    Mais si tu lis du Adachi tu constateras que même si on vise le koshien ça reste toujours bon enfant et le sport est en marge de l’intrigue. L’auteur est celui qui sait le mieux cerner l’intérêt du sport chez les ados sans exagérer l’aspect compétitif.

  2. En fait, j’ai rien activé du tout, la modération est par défaut. Normalement, je dois approuver le 1er commentaire d’un utilisateur et ensuite il peut poster comme un petit fou ^^
    Sauf que toi, tes commentaires sont tombés directement dans la catégorie « indésirable »…et je sais pas pourquoi 😦

    Par contre, je pense que certaines œuvres (mais c’est certainement le cas) pourrait présenter le sport sur un ton plus léger, presque comique. Et du coup, le résultat d’un match passerait au second plan. Mais comme je l’ai précisé, je manque de références. D’ailleurs, il faut vraiment que je me mette à Adachi…

    PS : Rookies, c’est 24 tomes de brutes pas 18 😉

  3. Ah mince j’ai planté sur ce coup. Je ne me souvenais pas d’une série aussi longue que ça.

    Sinon comme œuvre sur le baseball à l’école on a aussi l’approche extrêmement réaliste d’Ookiku Furikabutte. Là on voit les détails des entraînements, des matchs quasiment en temps réel et une défaite c’est pas la mort. Du coup tu risques de pas apprécier car ça grouille pas de rebondissements.

    P.S : Je sais, je suis un indésirable 😦

  4. Mais là où Rookies réussi un véritable exploit, c’est qu’on se prend à trouver passionnantes les rencontres de baseball. Parce que disons le franchement, le baseball est juste le sport le plus chiant au monde.
    -> ROFL

  5. C’est bien parce que c’est toi que je valide ce com parce que c’est pas loin d’être du spam quand même 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s